France: le président de l’Assemblée nationale inculpé pour prise illégale d’intérêt

France: le président de l’Assemblée nationale inculpé pour prise illégale d’intérêt

Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand a été mis en examen mercredi soir par un juge lillois, après près de quinze heures d’interrogatoire. Il est soupçonné de «prise illégale d’intérêts» après que les Mutuelles de Bretagne, qu’il dirigeait à l’époque, ont décidé en 2011 de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. Il conteste toute irrégularité.

Une première enquête lancée en 2017, après des révélations du Canard enchaîné, avait poussé M. Ferrand à quitter le gouvernement après un mois à peine. Elle avait été classée sans suite par le procureur de Brest au bout de quelques mois. Le parquet avait invoqué la prescription pour la prise illégale d’intérêts, et jugé que les infractions d’abus de confiance et d’escroquerie n’étaient pas constituées.

La mise en examen d’un président de l’Assemblée nationale en cours d’exercice est une première. M. Ferrand y a réagi aussitôt en se disant «déterminé à poursuivre (sa) mission à la tête de l’Assemblée ». Il a également assuré « rester serein sur l’issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l’ensemble des griefs de la première plainte (...), d’autant plus qu’aucun élément nouveau n’a été versé à ce dossier dans lequel il n’y a ni préjudice ni victime ».

Soutien du gouvernement

La macronie faisait bloc jeudi matin autour d’un de ses piliers, le président de l’Assemblée Richard Ferrand, que l’affaire des Mutuelles de Bretagne revient hanter sous la forme d’une mise en examen pour prise illégale d’intérêts.

Le président Emmanuel Macron maintient «toute sa confiance» en M. Ferrand, a déclaré sur Europe 1 la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

C’est «un homme loyal, droit, qui a un parcours politique exemplaire», a-t-elle insisté en demandant de respecter «la présomption d’innocence».

« Il n’y a pas de logique politique » à ce qu’il démissionne, a plaidé Sibeth Nidaye, car « un membre du gouvernement est nommé, un parlementaire est élu; quand on est président de l’Assemblée nationale, on est élu deux fois ». L’argument a été repris à peu près tel quel par ses collègues Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires) et Sébastien Lecornu (Collectivités) dans d’autres interviews.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite