Honoris causa: Greta Thunberg ne viendra pas à Mons

Greta Thunberg ne pourra pas venir à Mons.
Greta Thunberg ne pourra pas venir à Mons. - EPA

Tout ça pour ça… Lorsqu’en juin dernier, l’UMons annonce son intention de décerner le titre de Docteur honoris causa à la jeune militante pour la défense du climat, Greta Thunberg, l’université doit faire face à un flot de critiques en provenance directe du milieu académique. À travers une carte blanche et des lettres de protestation, des professeurs reprochent à l’université montoise de faire sa publicité sur le dos d’une adolescente de 16 ans qui ancrerait le débat climatique sur l’émotion plus que sur l’intérêt scientifique.

Par la voix de son recteur, Philippe Dubois, l’UMons a d’emblée assumé et confirmé son choix : « C’est même une fierté de mettre à l’honneur cette courageuse ado, qui complète à merveille un trio de futurs docteurs honoris causa porteur de promesses dont nous avons toutes et tous besoin », disait-il dans nos colonnes.« Elle symbolise un changement de paradigme, en appelant un monde adulte égotiste à ouvrir les yeux sur la matérialité désormais probable d’un futur sans avenir. » Aux côtés de Greta Thunberg, l’université avait aussi choisi de mettre à l’honneur deux autres figures de la défense du climat : l’ancien ministre français de l’écologie Nicolas Hulot et l’économiste, spécialiste du risque climatique, Nicholas Stern.

A l’occasion de sa rentrée, l’université a fait le point sur ses inscriptions et différents dossiers. Elle a notamment précisé la cérémonie de remises des titres de Docteur honoris causa qui se déroulera le 10 octobre prochain. Si Nicolas Hulot et Nicholas Stern ont confirmé leur présence au théâtre royal de Mons ce jour-là, Greta Thunberg, elle, ne viendra pas dans la cité du Doudou. La jeune militante poursuit en effet sa tournée outre-Atlantique et n’aura pas la possibilité de revenir en Europe à temps. Mais l’UMons précise toutefois qu’elle adressera ses remerciements par écrans interposés, de quoi tout de même participer à la fête.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite