Honoris causa: Greta Thunberg ne viendra pas à Mons

Greta Thunberg ne pourra pas venir à Mons.
Greta Thunberg ne pourra pas venir à Mons. - EPA

Tout ça pour ça… Lorsqu’en juin dernier, l’UMons annonce son intention de décerner le titre de Docteur honoris causa à la jeune militante pour la défense du climat, Greta Thunberg, l’université doit faire face à un flot de critiques en provenance directe du milieu académique. À travers une carte blanche et des lettres de protestation, des professeurs reprochent à l’université montoise de faire sa publicité sur le dos d’une adolescente de 16 ans qui ancrerait le débat climatique sur l’émotion plus que sur l’intérêt scientifique.

Par la voix de son recteur, Philippe Dubois, l’UMons a d’emblée assumé et confirmé son choix : « C’est même une fierté de mettre à l’honneur cette courageuse ado, qui complète à merveille un trio de futurs docteurs honoris causa porteur de promesses dont nous avons toutes et tous besoin », disait-il dans nos colonnes.« Elle symbolise un changement de paradigme, en appelant un monde adulte égotiste à ouvrir les yeux sur la matérialité désormais probable d’un futur sans avenir. » Aux côtés de Greta Thunberg, l’université avait aussi choisi de mettre à l’honneur deux autres figures de la défense du climat : l’ancien ministre français de l’écologie Nicolas Hulot et l’économiste, spécialiste du risque climatique, Nicholas Stern.

A l’occasion de sa rentrée, l’université a fait le point sur ses inscriptions et différents dossiers. Elle a notamment précisé la cérémonie de remises des titres de Docteur honoris causa qui se déroulera le 10 octobre prochain. Si Nicolas Hulot et Nicholas Stern ont confirmé leur présence au théâtre royal de Mons ce jour-là, Greta Thunberg, elle, ne viendra pas dans la cité du Doudou. La jeune militante poursuit en effet sa tournée outre-Atlantique et n’aura pas la possibilité de revenir en Europe à temps. Mais l’UMons précise toutefois qu’elle adressera ses remerciements par écrans interposés, de quoi tout de même participer à la fête.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite