La BCE injectera 20 milliards d’euros par mois dans le système financier

La BCE injectera 20 milliards d’euros par mois dans le système financier

Ce jeudi, le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a décidé, comme espéré par les marchés financiers, d’une part, de réactiver son programme de rachats d’actifs financiers, auquel elle avait mis un terme en décembre dernier ; et d’autre part, de réduire de dix points de base son taux de dépôts, à – 0,5%, qu’elle applique aux dépôts effectués après d’elle par les banques commerciales.

Ses deux autres taux directeurs restent inchangés. Rappelons que le principal taux de la BCE, le Refi, auquel les banques peuvent se refinancer auprès de la BCE, est à zéro depuis mars 2016.

S’agissant du programme de rachats d’actifs, la politique dite d’assouplissement quantitafif, la BCE injectera ainsi, à partir du 1er novembre, 20 milliards d’euros chaque mois dans le système financier.

La BCE, sans surprise, a décidé de réduire l’impact du taux de dépôts négatif sur la rentabilité des banques commerciales. Elle appliquera un système par tranches, dans lequel une partie des liquidités excédentaires déposées par les banques sera exemptée du taux négatif.

Sur le même sujet
Banque centraleBCE
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite