Thierry Neuville au rallye de Turquie: «On peut relancer le championnat ici» (vidéo)

Thierry Neuville au rallye de Turquie: «On peut relancer le championnat ici» (vidéo)
EPA

Le rallye de Turquie débute ce jeudi soir, par une super-spéciale tracée dans les rues de Marmaris, épicentre de la onzième manche du Mondial des rallyes.

Actuel 2e du championnat, à 33 points d’Ott Tanak (Toyota), et 7 points devant Sébastien Ogier (Citroën), Thierry Neuville entend profiter de ce rallye pour refaire une partie de son retard sur l’Estonien. Jeudi matin, il s’est déjà rassuré en signant le 3e temps de la spéciale d’essai, derrière la Toyota de Meeke et la Hyundai de son équipier Mikkelsen.

160 km chronométrés vendredi !

Mais le « vrai rallye », c’est demain qu’il commence, avec quelque 160 km chronométrés, plus de la moitié du parcours total ! « Certaines spéciales ont été retravaillées et élargies depuis l’année dernière, » confie Thierry Neuville. « Cela les rend au demeurant moins cassantes qu’en 2018, mais comme pas mal de terre a été rajoutée, je redoute le deuxième passage dans ces spéciales, avec des pierres qui auront sans doute été sorties de la route, et qui se transformeront en autant de pièges. »

Plus vite que la « tortue Tanak »

L’an dernier Tanak avait remporté la première édition de ce rallye de Turquie alors que la Toyota s’était pourtant montrée très peu performante en début de course. Mais la « tortue » estonienne avait fini par l’emporter. « Pas question d’adopter un rythme trop prudent en début de course, cependant », prévient notre compatriote. « Pour peu que les autres se montrent d’emblée rapides, et qu’ils sont cette fois épargnés par les pannes mécaniques, cela pourrait se retourner contre moi ! »

« Si Ogier et moi-même rencontrons des problèmes ici, alors ce sera plié »

Or, pas question d’encore concéder du terrain au championnat pour le leader d’Hyundai : « Nous n’avons pas été servis par la chance en Allemagne (crevaison alors qu’il s’apprêtait à dépasser Tanak en tête de l’épreuve, NDLR). Alors je pense la roue va tourner cette fois en notre faveur. De toute façon, c’est assez simple : si Ogier et moi-même rencontrons des problèmes ici, au contraire de Tanak, alors je pense que le championnat sera plié en sa faveur. A l’inverse, le championnat pourrait être relancé si nous signons un bon résultat ici. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite