Accueil Grands formats

Grand format - Bienvenue chez les haredim, les ultra-orthodoxes israéliens où la Torah passe avant le reste

Dans la campagne pour les élections législatives du 17 septembre, les ultra-orthodoxes sont au centre de l’attention. Exemptés de service militaire, dédiés à l’étude de la Torah et très dépendants des aides sociales, leur place au sein de la société est débattue.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

A seulement cinq kilomètres de Tel-Aviv la laïque, Bnei Brak est une ville semblable à toutes les autres en Israël, ou presque. On y croise des bus bondés aux heures de pointe, quelques chats errants qui sautent sur des poubelles trop remplies et une multitude de petits magasins où l’on peut s’acheter un falafel sur le pouce. Quelques détails démontrent que cette ville d’environ 260.000 habitants n’est pourtant pas tout à fait la même que ces voisines de la côte israélienne : des tirelires caritatives à tous les carrefours, aucune image de femmes sur les murs, et les rares qui marchent dans la rue portent perruques ou turbans. L’immense majorité des résidents de la ville sont des « haredim », ces « hommes en noir » qui pratiquent un judaïsme rigoureux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Grands formats

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs