Hécatombe chez les mésanges: des traces de 36 types de pesticides différents découvertes

Hécatombe chez les mésanges: des traces de 36 types de pesticides différents découvertes

Des résidus de 36 types de pesticides différents ont été décelés sur une centaine d’échantillons de poussins de mésanges morts, ressort-il du rapport de recherche publié jeudi par deux organisations flamandes (Vogelbescherming Vlaanderen et Vereniging voor Ebologish Leven en Tuinieren - Velt). Celles-ci avaient entrepris d’examiner de plus près ces oisillons à la suite d’une hausse de leur mortalité.

>Ce qui change le premier juin: les pesticides sont désormais interdits en Wallonie

«Il est frappant de constater que nous avons découvert dans 89 des 95 échantillons examinés des traces de DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane), qui est interdit d’usage depuis 1974 en Belgique», a indiqué un expert en pesticides chez Velt, Geert Gommers. «Au total, des traces de 36 types de pesticides différents ont été découvertes. Seuls quatre des 95 échantillons sont exempts de contamination. Ce résultat est inquiétant. D’autant plus que les mésanges avaient tout au plus deux semaines et n’étaient jamais sorties de leur nichoir. Nous avons trouvé des fongicides (contre les champignons), des herbicides (contre les mauvaises herbes), des insecticides (contre les insectes) et des biocides», a-t-il détaillé.

L’année dernière, les deux associations avaient reçu de nombreux signalements de citoyens inquiets au sujet de la multiplication des cas de mortalité chez les oisillons et les mésanges bleues. «A cette époque, la pyrale du buis (un papillon parasite qui ravage haies et bordures, NDLR) causait pas mal de dommages dans les jardins, ce qui entraîna une utilisation accrue de pesticides. Les citoyens se sont alors demandé si un lien pouvait être établi entre les deux», peut-on lire dans le rapport de recherche des deux associations.

«Nous avons trouvé dans le corps des mésanges mortes des substances qui sont utilisées pour combattre la pyrale du buis. Des pesticides pour lesquels le risque pour les oiseaux est jugé ’élevé’ ont également été retrouvés», a signalé Inge Buntix, biologiste à la Vogelbescherming Vlaanderen.

4.516 poussins morts signalés en 3 mois

Afin de se pencher plus en avant sur la hausse de mortalité dans cette population, un appel a été lancé aux citoyens pour qu’ils signalent, via le site web www.sosmezen.be, les oisillons morts et les mésanges bleues qu’ils découvrent, souvent dans des nichoirs. Et le grand public a répondu en masse. Entre fin mars et mi-juin, un total de 4.516 poussins de mésanges morts a été signalé en Flandre et à Bruxelles.

Selon le rapport, la présence de DDT au sein de la population de mésanges mortes est liée à la pollution à des niveaux historiques de l’environnement. «Même si les taux sont bas, l’impact du DDT n’est certainement pas à minimiser, même pour la santé humaine», souligne l’expert.

On ignore à ce stade si les concentrations retrouvées sont suffisamment fortes pour expliquer la mortalité élevée chez les mésanges.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite