Bruxelles: une carte de banque suffira pour voyager avec la Stib

© Alain Dewez.
© Alain Dewez.

Révolution de billettique, en 2020, à la Stib. Premier changement visible : « On va remplacer, en quelques mois, toutes les machines permettant d’acheter des titres de transports. Tant aux arrêts de surface qu’en station. Il y aura deux modèles : l’un permet simplement de recharger sa carte Mobib, l’autre d’émettra des cartes Mobib. Elles pourront aussi lire des codes barres, ce qui facilitera les choses notamment pour les Event Pass. Fini de chipoter la roulette. »

Deuxième évolution : l’EMV. Nom de code pour Eurocard, Mastercard et Visa. Concrètement, dès 2020, on pourra, comme à Londres, payer avec sa carte bancaire (de débit ou de crédit), pourvu qu’elle soit sans contact. « Vous la placez sur le lecteur en entrant dans le bus, le tram, ou la station de métro, idem en sortant, et on vous décompte le prix du voyage sur votre carte », explique Brieuc de Meeûs. Plus de ticket ? « Non, juste la carte de banque. C’est pour 2020. On fait d’abord un test avec un groupe limité d’utilisateurs, 500 à 600 personnes. » Seule contrainte, pour la Stib : installer un deuxième lecteur dans les véhicules. « C’est une technologie bancaire sécurisée, parce qu’on fait appel à de l’argent sur une carte de crédit. Il faut donc un lecteur à l’entrée, qui doit vous identifier et, à la sortie, pour le décompte. Cela existe déjà dans certains parkings, notamment à la gare du Midi. »

Quid du smartphone, qu’il suffit de placer devant le lecteur pour payer ? « Ce sera aussi compatible et ce dès le lancement de l’EMV, via les applications qui dématérialisent les cartes bancaires. »

Sur le même sujet
Londres
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite