Bruxelles: une carte de banque suffira pour voyager avec la Stib

© Alain Dewez.
© Alain Dewez.

Révolution de billettique, en 2020, à la Stib. Premier changement visible : « On va remplacer, en quelques mois, toutes les machines permettant d’acheter des titres de transports. Tant aux arrêts de surface qu’en station. Il y aura deux modèles : l’un permet simplement de recharger sa carte Mobib, l’autre d’émettra des cartes Mobib. Elles pourront aussi lire des codes barres, ce qui facilitera les choses notamment pour les Event Pass. Fini de chipoter la roulette. »

Deuxième évolution : l’EMV. Nom de code pour Eurocard, Mastercard et Visa. Concrètement, dès 2020, on pourra, comme à Londres, payer avec sa carte bancaire (de débit ou de crédit), pourvu qu’elle soit sans contact. « Vous la placez sur le lecteur en entrant dans le bus, le tram, ou la station de métro, idem en sortant, et on vous décompte le prix du voyage sur votre carte », explique Brieuc de Meeûs. Plus de ticket ? « Non, juste la carte de banque. C’est pour 2020. On fait d’abord un test avec un groupe limité d’utilisateurs, 500 à 600 personnes. » Seule contrainte, pour la Stib : installer un deuxième lecteur dans les véhicules. « C’est une technologie bancaire sécurisée, parce qu’on fait appel à de l’argent sur une carte de crédit. Il faut donc un lecteur à l’entrée, qui doit vous identifier et, à la sortie, pour le décompte. Cela existe déjà dans certains parkings, notamment à la gare du Midi. »

Quid du smartphone, qu’il suffit de placer devant le lecteur pour payer ? « Ce sera aussi compatible et ce dès le lancement de l’EMV, via les applications qui dématérialisent les cartes bancaires. »

Sur le même sujet
Londres
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus chinois: la course contre la montre

  2. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  3. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite