Accueil Monde

Tunisie: une présidentielle entre fierté et déception

Sept millions de Tunisiens doivent élire leur président ce 15 septembre. Le choix est large mais un populiste (actuellement en prison !) est en tête. Il faudra sûrement un second tour.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Huit ans et demi après la révolution qui a chassé le dictateur Ben Ali, les Tunisiens hésitent souvent entre fierté et déception. Ils se savent observés – souvent avec admiration – par le reste du monde arabe où l’état des libertés demeure piteux, mais, en même temps, leur vie quotidienne est rythmée par une kyrielle de frustrations relatives au chômage, à la corruption, aux injustices et aux carences des services publics. Dans ces conditions, l’élection présidentielle de ce 15 septembre réussira-t-elle à les passionner ? Les débats télévisés entre candidats, impensables ailleurs dans la région, ont en tout cas connu le succès…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Guerre en Ukraine: la chasse à de nouvelles sanctions européennes contre la Russie est ouverte

La présidente de la Commission européenne a déjà éventé quelques pistes. Les jours à venir diront si l’unanimité des Vingt-Sept pourra être rassemblée autour de ce programme. La Russie, violemment critiquée à l’ONU après les annonces de mercredi, s’est défendue jeudi lors d’une réunion du Conseil de sécurité. Mais n’a convaincu personne.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs