Asile et migration: l’Ocean Viking en attente d’un port sûr pour débarquer 82 migrants

Asile et migration: l’Ocean Viking en attente d’un port sûr pour débarquer 82 migrants
AFP

Le navire humanitaire Ocean Viking a terminé sa deuxième mission en Méditerranée et navigue entre l’Italie et Malte, en attente d’un port sûr pour débarquer 82 migrants, a annoncé jeudi SOS Méditerranée, une des associations qui affrètent le bateau.

Au total, 84 migrants ont été recueillis à bord du bateau également opéré par Médecins sans frontières (MSF), mais une femme enceinte de neuf mois et son compagnon ont été évacués mercredi en hélicoptère par les autorités maltaises après des «complications» médicales, a précisé l’ONG.

Après dix jours de navigation, le bateau, qui a déjà fait cinq demandes pour accoster, attend désormais un «port sûr». Il a refusé une offre libyenne de faire accoster le navire sur un de ses ports.

«C’est un bateau, pas un camp. On ne doit pas laisser les blessés dans l’ambulance», explique à l’AFP Fabienne Lassalle, directrice générale adjointe de l’ONG. «Aujourd’hui l’ambulance fait des ronds dans l’eau. Plus on attend (l’autorisation de débarquer les personnes secourues), plus il s’écoule de temps sans autre bateau pour porter assistance» à d’éventuels naufragés en mer, ajoute-t-elle.

«Mode de vie européen»: Ursula Von der Leyen crée la polémique sur la migration

Parmi les 82 personnes à bord, MSF recense 58 hommes, 6 femmes, 17 mineurs et un enfant d’un an.

Au cours de cette expédition entamée le 2 septembre, 50 migrants ont été secourus lors d’une première opération le 8 septembre dans les eaux internationales au large de la Libye. Dans un second temps, 34 personnes ont été transbordées sur l’Ocean Viking après avoir été secourues par un voilier, le Josefa.

A l’issue de sa première expédition fin août, l’Ocean Viking avait recueilli 356 migrants, qui ont pu débarquer à Malte. La France s’est engagée à en recueillir 150, soit près de la moitié.

SOS Méditerranée opérait auparavant l’Aquarius, affrété entre 2016 et décembre 2018, lorsqu’il a été privé de pavillon après avoir secouru 29.523 personnes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite