Le PS approuve les accords en Wallonie et en Fédération

Le PS approuve les accords en Wallonie et en Fédération
Photo News

Réunis dans une salle de cinéma trop petite pour les accueillir tous, les militants du PS ont approuvé à la quasi unanimité (quelques réticences à peine dans les fédérations) la participation du parti aux nouvelles majorités en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles. Le président Elio Di Rupo a présenté les accords conclus avec le MR et Ecolo. Il a brièvement retracé l’histoire de 107 jours de négociations et résumé les accords dont la triple ambition de la Wallonie : sociale, économique et écologique. « Nous avons désormais une obligation de résultats », estime-t-il. « Nous sommes à la hauteur de l’événement. »

Le socialiste s’est réjoui du bon climat qui a présidé aux négociations avec les deux partis partenaires. Par contre, il s’est montré assassin avec le PTB, qui a refusé d’entrer en négociations dès le début de l’été : « Le PTB a choisi la désertion et le confort du verbiage. Il est frappé d’irresponsabilité et d’indignité. Le progrès social se poursuit sans les communistes. C’est le PS qui le porte. »

Cette quasi-formalité remplie, les négociations doivent se poursuivre en soirée entre les présidents du PS, du MR et d’Ecolo. Au menu : la distribution des compétences et l’attribution des portefeuilles aux différentes ministres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite