Le PS approuve les accords en Wallonie et en Fédération

Le PS approuve les accords en Wallonie et en Fédération
Photo News

Réunis dans une salle de cinéma trop petite pour les accueillir tous, les militants du PS ont approuvé à la quasi unanimité (quelques réticences à peine dans les fédérations) la participation du parti aux nouvelles majorités en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles. Le président Elio Di Rupo a présenté les accords conclus avec le MR et Ecolo. Il a brièvement retracé l’histoire de 107 jours de négociations et résumé les accords dont la triple ambition de la Wallonie : sociale, économique et écologique. « Nous avons désormais une obligation de résultats », estime-t-il. « Nous sommes à la hauteur de l’événement. »

Le socialiste s’est réjoui du bon climat qui a présidé aux négociations avec les deux partis partenaires. Par contre, il s’est montré assassin avec le PTB, qui a refusé d’entrer en négociations dès le début de l’été : « Le PTB a choisi la désertion et le confort du verbiage. Il est frappé d’irresponsabilité et d’indignité. Le progrès social se poursuit sans les communistes. C’est le PS qui le porte. »

Cette quasi-formalité remplie, les négociations doivent se poursuivre en soirée entre les présidents du PS, du MR et d’Ecolo. Au menu : la distribution des compétences et l’attribution des portefeuilles aux différentes ministres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

    Les racines élémentaires de Patrick Dewael: «Mon libéralisme doit tout à ma famille et à Verhofstadt»

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite