La police locale a consulté 4.000 fois les images de la SNCB l’an dernier

La police locale a consulté 4.000 fois les images de la SNCB l’an dernier
Photo News

Les corps de police locale ont demandé à 4.200 reprises un accès aux images des caméras de la SNCB l’an dernier, rapporte De Tijd vendredi. C’est une augmentation notable par rapport à l’année précédente.

Contrairement à la police fédérale des chemins de fer, la police locale n’a pas accès directement aux images de la société ferroviaire. La Commission de la police locale serait favorable à un accès en temps réel à ces images. L’an dernier, les zones de police ont dû demander ces images à 4.200 reprises, contre 3.440 en 2017.

Actuellement, pour pouvoir suivre les images en direct, la police locale doit se rendre dans un centre de la police des chemins de fer à Bruxelles et obtenir pour cela l’aval explicite d’un juge d’instruction ou d’un magistrat du parquet, ce qui est considéré comme un frein.

La SNCB, de son côté, souligne que les images sont surveillées au sein de ses salles de contrôle. « Les affaires suspectes sont directement signalées à la police locale. Par ailleurs, les demandes urgentes de leurs services sont traitées sous 24h », déclare le porte-parole de la SNCB Dimitri Temmerman.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un premier tour de piste, Paul Magnette se dit «
un peu plus optimiste
» quant aux chances de succès de la mission que lui a confiée le Roi. © Photo News.

    Gouvernement fédéral: la méthode Magnette ramène un léger souffle d’optimisme

  2. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  3. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite