Le gouvernement loue deux avions Falcon 7X pour le transport de personnalités

Le gouvernement loue deux avions Falcon 7X pour le transport de personnalités
Photo News

Le gouvernement a décidé la semaine dernière, en toute discrétion, de louer deux avions d’affaires haut de gamme, des Falcon 7X de l’avionneur français Dassault Aviation pour assurer l’avenir de la « flotte blanche » des appareils pour passagers du 15e wing de transport aérien de Melsbroek, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Ces deux appareils au rayon d’action transatlantique – d’où leur désignation de « Long Range Jets » (LRJ) – sont amenés à remplacer l’actuelle flotte vieillissante et en voie de réduction après le retrait du service de trois autres avions de Dassault : deux Mystère 20 E5 à huit places en janvier 2015 puis en décembre 2016 et l’unique Falcon 900B, cloué au sol depuis plusieurs mois.

Leurs successeurs seront deux Falcon 7X – qui sont un peu la « Rolls Royce » de la gamme Dassault –, loués pour une période de douze ans, en vertu d’une décision prise vendredi dernier par le Conseil des ministres et qui n’avait pas été rendue publique, selon ces sources.

Le contrat de location – un « wet lease », c’est à dire les avions seuls, sans équipage, qui resteront militaires, à l’instar de l’Airbus A321 loué par la Défense depuis plusieurs années à la compagnie portugaise Hi Fly – porte sur un montant de 124 millions d’euros, a précisé jeudi soir le ministre de la Défense, Didier Reynders, à l’agence Belga. Cela permettra à la Défense d’épargner 40 millions d’euros sur cette période de douze ans, a-t-il ajouté.

Bon à rejoindre un musée

Les quatre Embraer en service au sein de la 21e escadrille de Melsbroek seront vendus pour une quinzaine de millions d’euros. Quant au Falcon 900, il n’est plus bon qu’à rejoindre un musée ou à être ferraillé, a souligné M. Reynders.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite