Coupe du monde de basket: menée de 11 points, l’Espagne bat l’Australie en prolongations et file en finale

photo news
photo news

Sur le parquet de la Wukesong Sport Arena de Pékin, la Roja s’est imposée 95-88 après une double prolongation contre l’Australie, vendredi en Chine. Marc Gasol, avec 33 points, 6 rebonds et 4 assists, a été le grand artisan de la victoire espagnole.

Après un premier quart très disputé, les Australiens ont pris le large dans le sillage du meneur des San Antonio Spurs Patty Mills (32 pts). Rentrée aux vestiaires avec cinq points d’avance (32-37) pour la première demi-finale de son histoire, l’Australie s’est ensuite échappée à +11 (39-50) au milieu du troisième quart-temps.

Mais les expérimentés espagnols, champions du monde 2006, sont revenus à 51-55 à l’entame des dix dernières minutes, grâce notamment à leur meneur Ricky Rubio (Phoenix Suns), qui a compilé 19 points et 12 assists.

Dominatrice sous les anneaux, grâce aux présences d’Andrew Bogut, champion NBA 2015 avec les Warriors, et d’Aaron Baynes (Phoenix Suns), l’Australie a très longtemps fait douter la Roja (60-67).

Revenue à deux longueurs (65-67) avec un trois points de Pau Ribas et un drive main gauche de Sergio Llull, l’Espagne a ensuite forcé la prolongation (71-71) à la suite de deux lancers francs de Marc Gasol, récent champion NBA avec Toronto. Mills a eu l’occasion de tuer le match mais le meneur a raté son deuxième lancer, lui qui présente pourtant 84,9% de réussite en carrière dans l’exercice.

Avec Mills et Marc Gasol, brillants de chaque côté, l’Australie et l’Espagne ne sont pas parvenues à se départager (80-80) dans la première prolongation. Finalement, c’est bien le collectif espagnol qui a émergé, qualifiant la formation ibérique pour la seconde finale mondiale de son histoire après celle remportée en 2006.

L’Espagne défiera le vainqueur du duel entre la France et l’Argentine, prévu vendredi à Pékin (14h belges). Mercredi, l’équipe de France a créé la surprise en battant le Team USA en quarts.

La finale est prévue dimanche (14h00) dans la capitale chinoise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Kim Mestdagh (à g.) est bien présente (elle n’a plus pris de vacances depuis un an et demi) alors qu’Ann Wauters est de retour, à 37 ans, en équipe nationale.

    Par Stéphane Druart

    International

    Basket: l’Euro avant les JO pour les Belgian Cats

  • Les Carolos retrouvent des couleurs.

    Par Guillaume Zaracas

    Euromillions League

    Basket: le Spirou Charleroi a franchi un cap

  • Le roi LeBron James est de retour au sommet de la NBA.

    Par Jonas Bernard

    NBA

    NBA: le Roi LeBron James de retour dans l’arène

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite