Coupe du monde de basket: menée de 11 points, l’Espagne bat l’Australie en prolongations et file en finale

photo news
photo news

Sur le parquet de la Wukesong Sport Arena de Pékin, la Roja s’est imposée 95-88 après une double prolongation contre l’Australie, vendredi en Chine. Marc Gasol, avec 33 points, 6 rebonds et 4 assists, a été le grand artisan de la victoire espagnole.

Après un premier quart très disputé, les Australiens ont pris le large dans le sillage du meneur des San Antonio Spurs Patty Mills (32 pts). Rentrée aux vestiaires avec cinq points d’avance (32-37) pour la première demi-finale de son histoire, l’Australie s’est ensuite échappée à +11 (39-50) au milieu du troisième quart-temps.

Mais les expérimentés espagnols, champions du monde 2006, sont revenus à 51-55 à l’entame des dix dernières minutes, grâce notamment à leur meneur Ricky Rubio (Phoenix Suns), qui a compilé 19 points et 12 assists.

Dominatrice sous les anneaux, grâce aux présences d’Andrew Bogut, champion NBA 2015 avec les Warriors, et d’Aaron Baynes (Phoenix Suns), l’Australie a très longtemps fait douter la Roja (60-67).

Revenue à deux longueurs (65-67) avec un trois points de Pau Ribas et un drive main gauche de Sergio Llull, l’Espagne a ensuite forcé la prolongation (71-71) à la suite de deux lancers francs de Marc Gasol, récent champion NBA avec Toronto. Mills a eu l’occasion de tuer le match mais le meneur a raté son deuxième lancer, lui qui présente pourtant 84,9% de réussite en carrière dans l’exercice.

Avec Mills et Marc Gasol, brillants de chaque côté, l’Australie et l’Espagne ne sont pas parvenues à se départager (80-80) dans la première prolongation. Finalement, c’est bien le collectif espagnol qui a émergé, qualifiant la formation ibérique pour la seconde finale mondiale de son histoire après celle remportée en 2006.

L’Espagne défiera le vainqueur du duel entre la France et l’Argentine, prévu vendredi à Pékin (14h belges). Mercredi, l’équipe de France a créé la surprise en battant le Team USA en quarts.

La finale est prévue dimanche (14h00) dans la capitale chinoise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite