Premier League: Alisson Becker pas de retour avant la mi-octobre

Premier League: Alisson Becker pas de retour avant la mi-octobre
Photo News

Liverpool, qui est privé de son gardien Alisson Becker depuis la première journée du championnat d’Angleterre de football, devra encore s’en passer au moins jusqu’à la mi-octobre, a prévenu vendredi l’entraîneur Jürgen Klopp. Le Brésilien s’était blessé au mollet le 9 août contre Norwich City (4-1).

«La guérison est plus lente que prévu», avoue Klopp. «Mais on ne veut rien forcer. Je pense pouvoir compter sur lui après la prochaine pause internationale...»

Le 20 pour le déplacement à Manchester United  ?

«Cette blessure était très sérieuse mais maintenant cela va quand même déjà mieux. Pour ce qui est de son retour on n’en sait cependant encore rien. L’objectif ce serait vers la mi-octobre. Disons le 20 pour le déplacement à Manchester United...», a poursuivi Klopp.

En attendant l’Espagnol Adrian (ex-West Ham), qui a succédé à Simon Mignolet dans le rôle de gardien numéro deux, continuera à défendre les filets des Reds.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite