Une nouvelle poupée Barbie pour célébrer le Jour des morts mexicain (photos)

Une nouvelle poupée Barbie pour célébrer le Jour des morts mexicain (photos)
AFP

La poupée Barbie a incarné de nombreux personnages, de la femme d’affaires à l’astronaute, en passant par la chanteuse de rock. En hommage à une tradition mexicaine, elle est désormais un… squelette.

AFP

Inspirée par la célèbre fête du Jour des morts, cette nouvelle Barbie, dévoilée jeudi à Mexico, représente le personnage de la Catrina, squelette féminin vêtu de riches habits colorés, devenu un symbole de la culture populaire locale.

Cette édition spéciale, qui s’inspire d’un personnage créé vers 1912 par le caricaturiste mexicain José Guadalupe Posada, est un « hommage au Mexique, à ses traditions et à son peuple », selon le fabriquant Mattel.

AFP

La poupée, qui coûte 1.750 pesos mexicains (81 euros), porte une robe ornée de fleurs colorées, et ses longs cheveux noirs et bleus sont décorés de papillons. La figure de la Catrina a été popularisée par une fresque du peintre mexicain Diego Rivera (1996-1957), datant de 1947 et intitulé « Rêve d’un samedi après-midi dans le parc Alameda ». Le Jour des morts est célébré de façon festive au Mexique entre fin octobre et début novembre.

« Que cette tradition soit reconnue avec cette poupée, la plus célèbre du monde, est quelque chose qui me rend fière », a confié à l’AFP la collectionneuse de jouets mexicaine Jaqueline Vidal.

Une poupée qui ne fait pas l’unanimité

La création de cette poupée a toutefois suscité la controverse chez certains Mexicains, qui ont dénoncé une « appropriation culturelle » et la monétisation de traditions anciennes.

MAXPPP

« Il n’y a aucun élément qui fait référence à des tenues indigènes traditionnelles. Plus que du plagiat à l’encontre de peuples indigènes, ce serait du plagiat contre les ayant-droits de Guadalupe Posada et Diego Rivera », souligne Octavio Murillo, un responsable de l’Institut national des peuples indigènes (INPI).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Maxim Toller et Renaud Molders-Pierre, les avocats du prévenu, n’ont pas pu plaider.

    Il tue sa mère aimante et ne souhaite pas se défendre

  2. Le producteur bruxellois Sébastien Delloye, l’un des deux associés d’Entre chien et loup.

    Une première série belge sur Netflix: «C’est une opportunité en or»

  3. TENNIS DAVIS CUP COLOMBIA VS BELGIUM SUNDAY PRESS CONFERENCE

    Coupe Davis: la Belgique doit d’emblée… écraser la Colombie

La chronique
  • Le mauvais {œil du cyclone}

    La VRT est dans l’œil du cyclone » titrait récemment la rubrique Info de la RTBF à propos des critiques essuyées par son homologue flamande de la part de certaines personnalités politiques du Nord du pays. « Encore une expression mal utilisée, réagit un copywriter sur Twitter. L’œil du cyclone est l’endroit le plus calme de cet événement climatique. » Ce type de commentaire revient régulièrement, la saison cyclonique s’étendant sur toute l’année en matière de prescription langagière. Si la réalité météorologique est avérée, pourquoi tant de francophones s’en battent-ils l’œil ?

    Ces tours qu’on tient à l’œil

    Nous avons une conscience assez nette de l’évolution sémantique des mots. Lorsqu’une entreprise se veut agile, nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une qualité physique. Si votre...

    Lire la suite

  • Duel Bouchez-Ducarme: le MR s’expose, vertueux mais risqué

    Il faut d’abord saluer le formidable exercice de démocratie. La politique, ça se vit, ça se partage, ça s’expose. Et donc, pour cette raison, la campagne, sur la place publique pour la présidence du MR est un moment remarquable. D’autant plus quand dans quasi tous les autres partis francophones, les successions ont été « monarchiques » : le dauphin s’installait sans surprise sur le trône du Roi sortant. D’autant plus aussi dans un parti, le MR, qui avait ces dernières années cadenassé les discussions internes, gérées d’une...

    Lire la suite