Une nouvelle poupée Barbie pour célébrer le Jour des morts mexicain (photos)

Une nouvelle poupée Barbie pour célébrer le Jour des morts mexicain (photos)
AFP

La poupée Barbie a incarné de nombreux personnages, de la femme d’affaires à l’astronaute, en passant par la chanteuse de rock. En hommage à une tradition mexicaine, elle est désormais un… squelette.

AFP

Inspirée par la célèbre fête du Jour des morts, cette nouvelle Barbie, dévoilée jeudi à Mexico, représente le personnage de la Catrina, squelette féminin vêtu de riches habits colorés, devenu un symbole de la culture populaire locale.

Cette édition spéciale, qui s’inspire d’un personnage créé vers 1912 par le caricaturiste mexicain José Guadalupe Posada, est un « hommage au Mexique, à ses traditions et à son peuple », selon le fabriquant Mattel.

AFP

La poupée, qui coûte 1.750 pesos mexicains (81 euros), porte une robe ornée de fleurs colorées, et ses longs cheveux noirs et bleus sont décorés de papillons. La figure de la Catrina a été popularisée par une fresque du peintre mexicain Diego Rivera (1996-1957), datant de 1947 et intitulé « Rêve d’un samedi après-midi dans le parc Alameda ». Le Jour des morts est célébré de façon festive au Mexique entre fin octobre et début novembre.

« Que cette tradition soit reconnue avec cette poupée, la plus célèbre du monde, est quelque chose qui me rend fière », a confié à l’AFP la collectionneuse de jouets mexicaine Jaqueline Vidal.

Une poupée qui ne fait pas l’unanimité

La création de cette poupée a toutefois suscité la controverse chez certains Mexicains, qui ont dénoncé une « appropriation culturelle » et la monétisation de traditions anciennes.

MAXPPP

« Il n’y a aucun élément qui fait référence à des tenues indigènes traditionnelles. Plus que du plagiat à l’encontre de peuples indigènes, ce serait du plagiat contre les ayant-droits de Guadalupe Posada et Diego Rivera », souligne Octavio Murillo, un responsable de l’Institut national des peuples indigènes (INPI).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite