Une nouvelle poupée Barbie pour célébrer le Jour des morts mexicain (photos)

Une nouvelle poupée Barbie pour célébrer le Jour des morts mexicain (photos)
AFP

La poupée Barbie a incarné de nombreux personnages, de la femme d’affaires à l’astronaute, en passant par la chanteuse de rock. En hommage à une tradition mexicaine, elle est désormais un… squelette.

AFP

Inspirée par la célèbre fête du Jour des morts, cette nouvelle Barbie, dévoilée jeudi à Mexico, représente le personnage de la Catrina, squelette féminin vêtu de riches habits colorés, devenu un symbole de la culture populaire locale.

Cette édition spéciale, qui s’inspire d’un personnage créé vers 1912 par le caricaturiste mexicain José Guadalupe Posada, est un « hommage au Mexique, à ses traditions et à son peuple », selon le fabriquant Mattel.

AFP

La poupée, qui coûte 1.750 pesos mexicains (81 euros), porte une robe ornée de fleurs colorées, et ses longs cheveux noirs et bleus sont décorés de papillons. La figure de la Catrina a été popularisée par une fresque du peintre mexicain Diego Rivera (1996-1957), datant de 1947 et intitulé « Rêve d’un samedi après-midi dans le parc Alameda ». Le Jour des morts est célébré de façon festive au Mexique entre fin octobre et début novembre.

« Que cette tradition soit reconnue avec cette poupée, la plus célèbre du monde, est quelque chose qui me rend fière », a confié à l’AFP la collectionneuse de jouets mexicaine Jaqueline Vidal.

Une poupée qui ne fait pas l’unanimité

La création de cette poupée a toutefois suscité la controverse chez certains Mexicains, qui ont dénoncé une « appropriation culturelle » et la monétisation de traditions anciennes.

MAXPPP

« Il n’y a aucun élément qui fait référence à des tenues indigènes traditionnelles. Plus que du plagiat à l’encontre de peuples indigènes, ce serait du plagiat contre les ayant-droits de Guadalupe Posada et Diego Rivera », souligne Octavio Murillo, un responsable de l’Institut national des peuples indigènes (INPI).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite