Pizza anti-cancer, machine à changer les couches...: les anti-Nobel de 2019

Pizza anti-cancer, machine à changer les couches...: les anti-Nobel de 2019

Invention d’une machine à changer les couches-bébés, études sur le plaisir qu’on prend à se gratter ou les vertus anti-cancer de la pizza: la cuvée 2019 des prix anti-Nobel jeudi a célébré à nouveau des travaux scientifiques saugrenus, censés «faire rire puis réfléchir».

Biologie, économie, médecine, littérature, paix...: les 10 catégories des Ig Nobel, surnommés les «anti-Nobel» fêtant cette année leur 29e édition, se veulent le pendant des vraies.

Un cérémonie en présence des vraix lauréats

Chaque année, la joyeuse cérémonie, organisée par le magazine humoristique scientifique «Annals of improbable research» sur le campus de Harvard, à Boston, en présence de vrais lauréats du Nobel, s’accompagne de lancers d’avions en papier, de faux billets de banque, et de discours de lauréats limités à 60 secondes.

Les études récompensées sont parfois anciennes: ainsi, cinq Japonais ont décroché le prix de chimie pour leur étude sur le volume de salive produit quotidiennement par un enfant de cinq ans, publiée en 1995.

Pour tous les goûts

Une équipe française, qui n’a pas pu faire le déplacement, a remporté de son côté le prix d’Anatomie, pour son travail sur les assymétries de température scrotale entre facteurs habillés et nus en France, publié en 2007.

L’un des auteurs, Roger Mieusset, est un expert réputé en médecine de la reproduction à l’université de Toulouse, inventeur notamment du «slip chauffant» qui peut faire office de contraceptif dans certaines conditions.

Et dans la catégorie Médecine, l’Italien Silvano Gallus, a été récompensé pour plusieurs études du début des années 2000 sur les vertus sanitaires de la véritable pizza italienne, notamment face à certains cancers ou infarctus.

Des inventions récentes comme anciennes

D’autres travaux sont tout récents: ainsi, Iman Farahbakhsh, professeur de mécanique à l’université de Quchan, en Iran, a été récompensé pour sa machine à changer les couches-bébé, patentée aux Etats-Unis en juillet 2018.

Quant à l’anti-Nobel de la Paix, il est revenu à une équipe internationale de sept chercheurs, qui ont publié en 2012 les résultats d’une étude visant à mesurer le plaisir que procure le grattage d’une démangeaison.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite