Ligue 1: sans Denayer, Lyon laisse échapper la victoire à Amiens (2-2)

@News
@News

Quatre jours avant ses débuts en Ligue des champions, Lyon a laissé échapper la victoire à Amiens (2-2) vendredi lors de la cinquième journée de Ligue 1 et reste dans le doute.

L’OL, qui recevra mardi le Zenit Saint-Petersbourg pour son premier match de la saison sur la scène européenne, semblait filer vers un succès logique grâce à un doublé de Moussa Dembélé (9e, 34e), mais Mathieu Bodmer a arraché une égalisation inespérée pour les Picards dans le temps additionnel (90e+2).

Sans Memphis Depay, laissé au repos en vue du duel crucial face aux Russes, les Gones, qui restaient sur un nul et une défaite en L1, ont réalisé une superbe première période avant d’arrêter de jouer lors de la seconde.

Les joueurs de Sylvinho se sont créés de multiples occasions lors du premier acte en proposant un jeu rapide et séduisant mais ont manqué de réalisme, restant à portée de courageux Amiénois.

Avec 8 points, les Rhodaniens pointent à la sixième place de L1, à une longueur de Paris, Rennes et Nice, qui jouent samedi.

Avec quatre unités au compteur, les Amiénois, remontent à la 16e place.

D’entrée, Lyon impose un pressing haut à Amiens mais pourtant, ce sont les Picards qui ouvrent le score : un coup franc enroulé de Jallet tiré depuis le côté gauche file directement dans le but sans que personne ne touche le ballon, surprenant le gardien Anthony Lopes (1-0, 7e).

Doublé de Dembélé

Les Lyonnais n’ont pas le temps de douter puisqu’ils égalisent dans la foulée : Jeff Reine-Adelaïde réalise un joli slalom dans la surface amiénoise avant de centrer pour Dembélé, qui reprend victorieusement de volée (1-1, 9e).

Les Gones prennent clairement le contrôle des opérations et posent de gros problèmes à la défense amiénoise. Mais Martin Terrier gâche deux occasions nettes en ouvrant trop son pied (26e) puis en manquant sa balle piquée sur une superbe ouverture d’Aouar (29e).

L’équipe picarde, qui a subi rapidement un coup dur avec la blessure de son attaquant sénégalais Moussa Konaté (17e), parvient enfin à réagir à la demi-heure de jeu mais la frappe de Gaël Kakuta frôle la barre transversale (31e).

Quelques minutes plus tard, la supériorité lyonnaise finit logiquement par se traduire au tableau d’affichage : sur un centre tendu de Bertrand Traoré, Dembélé surgit devant Aurélien Chedjou et s’offre un doublé (1-2, 34e). Avec cinq buts, l’ancien attaquant du Celtic Glasgow rejoint le Lillois Victor Osimhen en tête du classement des buteurs de L1.

Après la pause, l’intensité de la rencontre baisse d’un cran sous l’impulsion de l’OL, peut-être soucieux inconsciemment de se préserver en vue de la Ligue des champions.

Hormis une occasion de Terrier, qui pousse Gurtner à réaliser une nouvelle parade sur une frappe enroulée (52e), l’OL peine à inquiéter la défense amiénoise et fait parfois preuve de suffisance.

Amiens se rue alors à l’attaque mais manque toutefois de tranchant dans les trente derniers mètres pour se montrer vraiment dangereux. Mais dans le temps additionnel, les joueurs de Lukas Elsner, admirables de volonté, punissent les Lyonnais : après un centre mal repoussé, Jallet remet de la tête au point de penalty pour Bodmer, entré en jeu peu avant, qui glisse du bout du pied le ballon au fond (2-2, 90e+2).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Remplacé, il a filé vers les vestiaires sans s’asseoir sur le banc.

    Par Rocco Minelli

    Italie

    Serie A: on ne changera pas Cristiano Ronaldo…

  • belgaimage-158128449-full

    Par Frédéric Larsimont

    Division 1A

    Felice Mazzù en fin de course à Genk

  • ©News

    Par François Laurent

    Diables rouges

    Diables rouges: un nouveau maillot qui divise les foules

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite