Ligue 1: sans Denayer, Lyon laisse échapper la victoire à Amiens (2-2)

@News
@News

Quatre jours avant ses débuts en Ligue des champions, Lyon a laissé échapper la victoire à Amiens (2-2) vendredi lors de la cinquième journée de Ligue 1 et reste dans le doute.

L’OL, qui recevra mardi le Zenit Saint-Petersbourg pour son premier match de la saison sur la scène européenne, semblait filer vers un succès logique grâce à un doublé de Moussa Dembélé (9e, 34e), mais Mathieu Bodmer a arraché une égalisation inespérée pour les Picards dans le temps additionnel (90e+2).

Sans Memphis Depay, laissé au repos en vue du duel crucial face aux Russes, les Gones, qui restaient sur un nul et une défaite en L1, ont réalisé une superbe première période avant d’arrêter de jouer lors de la seconde.

Les joueurs de Sylvinho se sont créés de multiples occasions lors du premier acte en proposant un jeu rapide et séduisant mais ont manqué de réalisme, restant à portée de courageux Amiénois.

Avec 8 points, les Rhodaniens pointent à la sixième place de L1, à une longueur de Paris, Rennes et Nice, qui jouent samedi.

Avec quatre unités au compteur, les Amiénois, remontent à la 16e place.

D’entrée, Lyon impose un pressing haut à Amiens mais pourtant, ce sont les Picards qui ouvrent le score : un coup franc enroulé de Jallet tiré depuis le côté gauche file directement dans le but sans que personne ne touche le ballon, surprenant le gardien Anthony Lopes (1-0, 7e).

Doublé de Dembélé

Les Lyonnais n’ont pas le temps de douter puisqu’ils égalisent dans la foulée : Jeff Reine-Adelaïde réalise un joli slalom dans la surface amiénoise avant de centrer pour Dembélé, qui reprend victorieusement de volée (1-1, 9e).

Les Gones prennent clairement le contrôle des opérations et posent de gros problèmes à la défense amiénoise. Mais Martin Terrier gâche deux occasions nettes en ouvrant trop son pied (26e) puis en manquant sa balle piquée sur une superbe ouverture d’Aouar (29e).

L’équipe picarde, qui a subi rapidement un coup dur avec la blessure de son attaquant sénégalais Moussa Konaté (17e), parvient enfin à réagir à la demi-heure de jeu mais la frappe de Gaël Kakuta frôle la barre transversale (31e).

Quelques minutes plus tard, la supériorité lyonnaise finit logiquement par se traduire au tableau d’affichage : sur un centre tendu de Bertrand Traoré, Dembélé surgit devant Aurélien Chedjou et s’offre un doublé (1-2, 34e). Avec cinq buts, l’ancien attaquant du Celtic Glasgow rejoint le Lillois Victor Osimhen en tête du classement des buteurs de L1.

Après la pause, l’intensité de la rencontre baisse d’un cran sous l’impulsion de l’OL, peut-être soucieux inconsciemment de se préserver en vue de la Ligue des champions.

Hormis une occasion de Terrier, qui pousse Gurtner à réaliser une nouvelle parade sur une frappe enroulée (52e), l’OL peine à inquiéter la défense amiénoise et fait parfois preuve de suffisance.

Amiens se rue alors à l’attaque mais manque toutefois de tranchant dans les trente derniers mètres pour se montrer vraiment dangereux. Mais dans le temps additionnel, les joueurs de Lukas Elsner, admirables de volonté, punissent les Lyonnais : après un centre mal repoussé, Jallet remet de la tête au point de penalty pour Bodmer, entré en jeu peu avant, qui glisse du bout du pied le ballon au fond (2-2, 90e+2).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite