Corruption, blanchiment: le parquet ouvre une enquête préliminaire sur Didier Reynders

Corruption, blanchiment: le parquet ouvre une enquête préliminaire sur Didier Reynders
Belga

Une information judiciaire a été ouverte sur Didier Reynders, rapportent samedi L’Echo et De Tijd. Un ex-agent de la Sûreté de l’État s’est rendu en avril dernier à la police judiciaire fédérale pour lui communiquer une série d’allégations de corruption et de blanchiment à l’encontre du vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et de la Défense (MR).

Dans son audition, que les quotidiens ont pu consulter, l’ex-agent de la Sûreté de l’État pointe une série de marchés publics et d’achats de l’État, tels que la construction de l’ambassade belge à Kinshasa, pour lesquels des pots-de-vin ont été versés, selon lui.

Des informations précises

Il cite également des corrupteurs, comme des marchands d’armes, et un candidat à l’élection présidentielle congolaise.

L’agent décrit les méthodes que Reynders et son homme de confiance auraient utilisées pour recevoir de l’argent et le blanchir. Il y est question notamment de vente à des prix surfaits d’œuvres d’art et d’antiquités sans grande valeur. Des transactions immobilières suspectes et l’utilisation de sociétés-écrans sont également citées.

Au terme de l’enquête préliminaire, le parquet devra décider si les indices contre Reynders sont suffisants et si le dossier doit être transmis ou non au parquet général de Bruxelles, compte tenu de la qualité de ministre de Reynders.

Didier Reynders est actuellement candidat au poste de commissaire européen à la Justice. « Il s’agit sans doute à nouveau d’un montage émanant du même homme malveillant qui tente sans cesse de nuire », a réagi John Hendrickx, son porte-parole.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite