Emoi au Paraguay après la découverte d’ossements dans une maison de Stroessner (photos)

La découverte de trois crânes et d’autres restes humains enterrés dans une des maisons du général Alfredo Stroessner suscite l’émoi au Paraguay, tandis que les autorités tentent de vérifier s’ils pourraient appartenir à des disparus de la plus longue dictature d’Amérique du sud.

Construite sur une propriété de 30 hectares à Ciudad del Este, à 325 kilomètres à l’est d’Asuncion, à la frontière entre le Paraguay, le Brésil et l’Argentine, la maison avait été construite dans les années 1970.

Elle était abandonnée depuis de nombreuses années, jusqu’à l’installation il y a deux semaines de près de 200 familles sans abri. Des squatteurs ont alors découvert les ossements sous le sol d’une des salles de bain.

Une fosse découverte

«Ils ont trouvé trois crânes, deux fémurs, un humérus et d’autres restes. Ils ont tous été conservés, marqués et scellés. Ils ont été envoyés sous protection à Asuncion, à l’unité spécialisée sur les droits humains» de la Commission Vérité Justice et Réparation, dépendant du ministère de la Justice, a indiqué à l’AFP son président Rogelio Goiburu.

«Ils ont découvert un tunnel rempli de décombres. Ils nous ont dit qu’il avait 100 mètres de long et qu’il se terminait par une fosse où il y a d’autres ossements», a affirmé à l’AFP Rafael Esquivel, un porte-parole des occupants.

40 cadavres pour 400 disparus

A ce jour, au Paraguay, seuls quelques responsables ont été condamnés. Mais les principaux protagonistes du régime n’ont pas été inquiétés. Alfredo Stroessner lui-même, déposé par un coup d’Etat militaire en 1989 et décédé en 2006 en exil à Brasilia, n’a jamais été jugé.

Des quelque 400 disparus pendant la dictature, seuls 40 cadavres ont été retrouvés, dont uniquement quatre ont été identifiés. Parmi eux, deux étaient des militants argentins, Rafael Filipazzi et José Agustin Potenza, arrêtés dans la capitale uruguayenne Montevideo, victimes du Plan Condor, programme destiné à coordonner la répression en Amérique du sud et soutenu par la CIA.

Outre les disparitions, le travail de la Commission se penche désormais sur les abus présumés commis par Alfredo Stroesser sur des jeunes femmes. Des accusations de viols émergent peu à peu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un premier tour de piste, Paul Magnette se dit «
un peu plus optimiste
» quant aux chances de succès de la mission que lui a confiée le Roi. © Photo News.

    Gouvernement fédéral: la méthode Magnette ramène un léger souffle d’optimisme

  2. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  3. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite