Jean-Claude Juncker: «A la Côte belge, je parle allemand car ils n’acceptent plus les francophones»

Jean-Claude Juncker: «A la Côte belge, je parle allemand car ils n’acceptent plus les francophones»
Thierry Du Bois

Le président sortant de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, évoque sa tristesse, samedi dans L’Echo, face à ce qu’il considère comme une baisse de la tolérance à l’égard des francophones à la Côte belge.

► Infographie | Le Vlaams Belang et la N-VA obtiennent la majorité flamande à la Chambre

«Je constate, depuis une trentaine d’années que je pratique la Côte belge, que la tolérance s’est corrigée vers le bas. Il y a trente ans, j’étais chez le boulanger, le boucher, je pouvais passer mes commandes en français; aujourd’hui on ne l’accepte plus. Donc je parle l’Allemand - ils acceptent les Allemands, plus les francophones», commente Juncker, alors que notre Grand Baromètre donne les nationalistes de la N-VA et les extrémistes du Vlaams Belang majoritaires au Parlement flamand.

L’homme, qui s’est souvent démarqué par sa liberté de ton, déplore que la Belgique ne soit pas «le modèle d’une cohabitation réussie, ce qui me rend triste.»

Mais il refuse de voir dans ce mal belge le symptôme d’un problème européen. «C’est du Belge pur, un phénomène régional. La Belgique est un État, mais les communautés se considèrent être des nations - je veux parler de la Flandre. La Wallonie n’a pas d’elle-même une conception nationale, alors que la Flandre se croit et se comporte comme nation. Et ça reste un miracle de voir ces deux entités, si disparates finalement, vivre ensemble sans vivre ensemble.»

Le président de l’exécutif européen, qui passera le relais le 1er novembre à l’Allemande Ursula von der Leyen, considère que la Belgique est la seule nation en Europe qui ne soit pas fière d’elle-même. «Mais moi je suis fier pour la Belgique de la Belgique, parce que c’est un beau pays, avec des gens talentueux, ingénieux», ajoute-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite