Boris Johnson inspiré par «Le Parrain»? Coppola se dit «embarrassé»

Boris Johnson inspiré par «Le Parrain»? Coppola se dit «embarrassé»

Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi ou... Boris Johnson. Le légendaire réalisateur Francis Ford Coppola a confié son embarras à l’idée que certains fans de son film «Le Parrain» puissent y trouver source d’inspiration, étrillant au passage un Brexit qui va selon lui mener le Royaume-Uni «à sa ruine».

Des personnages brutaux de l’histoire

Dans un e-mail au site Financial News basé à Londres, le cinéaste américain se dit embarrassé que «’Le Parrain’ semble être le film préféré des personnages les plus brutaux de l’histoire récente, dont Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi et d’autres».

«Je me sens mal que des scènes d’un film de gangsters puissent servir d’inspiration dans le monde réel ou encouragent quelqu’un qui est sur le point de mener le Royaume-Uni bien-aimé à sa ruine», confie Coppola, même s’il s’avoue «incompétent à donner (son) avis sur des questions politiques».

Film fétiche de Johnson

Interrogé par le tabloïd Daily Mail début juillet, avant qu’il n’accède au poste de Premier ministre, sur sa scène préférée au cinéma, Boris Johnson avait cité la scène des représailles sanglantes à la fin du premier épisode du «Parrain» (1972), dans laquelle Al Pacino massacre les chefs des clans rivaux de New York.

Cet aveu est devenu un mème sur les réseaux sociaux lorsque «BoJo», qui tient à ce que le Royaume-Uni quitte l’UE le 31 octobre coûte que coûte, n’a pas hésité à faire expulser 21 députés conservateurs rebelles qui s’opposaient à sa stratégie.

«J’aime le Royaume-Uni et ses nombreuses contributions aux avancées de l’humanité, de notre magnifique langue à la physique newtonienne ou la pénicilline, et je suis horrifié qu’il puisse ne serait-ce qu’envisager une chose aussi insensée que de quitter l’Union européenne», ajoute Coppola, 80 ans, cité par le site d’information financière. A ses yeux, les conséquences du Brexit pourraient plutôt s’apparenter à «Apocalypse Now» (1979), son film culte sur la guerre du Vietnam.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite