Les boussoles de Greenwich vont indiquer le «vrai Nord» pour la première fois en 360 ans

Les boussoles de Greenwich vont indiquer le «vrai Nord» pour la première fois en 360 ans
D.R.

C’est une première depuis près de quatre siècles : les boussoles de Greenwich vont enfin indiquer le nord géographique, le « vrai Nord », indique l’agence de presse Reuters. Petite explication.

Il existe deux versions du nord : le nord géographique et le nord magnétique. Le vrai nord indique la direction du pôle Nord et ne varie pas, c’est un point fixe. Au contraire, le nord magnétique change en fonction des modifications de la composition du noyau externe en fusion de la Terre. Or, la boussole indique le nord magnétique.

Entre ces deux nord, il y a une différence angulaire, appelée « déclinaison magnétique ». Le fruit du hasard fait que lors de la fondation de l’Observatoire royal de Greenwich à la fin du XVIIème siècle, cette déclinaison était nulle. Les deux nord indiquaient le même point. Mais depuis, cette déclinaison était négative, ce qui signifie que les aiguilles des boussoles pointaient de plusieurs degrés à l’ouest du vrai nord.

Dans les deux prochaines semaines, d’après le British Geological Survey, le vrai nord et le nord magnétique vont se rejoindre à Greenwich pour la première fois en 360 ans. La déclinaison pourrait rester nulle pendant 20 ans avant de se décaler à nouveau.

Sur le même sujet
Agences de presseReuters AG
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe GAFA

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite