Aérien: Molenbeek et Koekelberg victimes de survol intensif ce samedi

Aérien: Molenbeek et Koekelberg victimes de survol intensif ce samedi
Dominique Duchesnes

Les communes bruxelloises de Koekelberg et de Molenbeek-Saint-Jean étaient fort survolées samedi par des avions en route vers Brussels Airport, se sont plaint les bourgmestres de ces deux localités.

Des vents contraires

Une situation qui s’explique par des vents contraires nécessitant le survol de la capitale mais aussi par le renouvellement d’une balise, jusqu’à lundi, qui permet normalement aux avions de se diriger vers les routes de vols établies, explique-t-on chez Skeyes, la société chargée du contrôle de l’espace aérien en Belgique.

Les appareils doivent dès lors se guider via le satellite et leurs routes d’approche sont un peu différentes que d’ordinaire. Ils survolent donc parfois la capitale à une altitude moins élevée, passant éventuellement aussi au-dessus de zones plus habitées.

Une alternative est nécessaire

Si le bourgmestre de Koekelberg Ahmed Laaouej (PS) et la bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux (PS) prennent note de cette situation temporaire notamment liée à des vents contraires, ils estiment toutefois qu’elle est «insupportable» pour les riverains.

Le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) «doit réfléchir à une alternative», selon le député fédéral Ahmed Laaouej, qui a tenu à relayer l’insatisfaction des riverains. «Le gouvernement doit trouver une autre solution pour de telles situations d’urgence», ajoute celui qui est également chef de groupe PS à la Chambre. Il prévient qu’il interpellera le gouvernement à ce sujet devant le parlement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite