Aérien: Molenbeek et Koekelberg victimes de survol intensif ce samedi

Aérien: Molenbeek et Koekelberg victimes de survol intensif ce samedi
Dominique Duchesnes

Les communes bruxelloises de Koekelberg et de Molenbeek-Saint-Jean étaient fort survolées samedi par des avions en route vers Brussels Airport, se sont plaint les bourgmestres de ces deux localités.

Des vents contraires

Une situation qui s’explique par des vents contraires nécessitant le survol de la capitale mais aussi par le renouvellement d’une balise, jusqu’à lundi, qui permet normalement aux avions de se diriger vers les routes de vols établies, explique-t-on chez Skeyes, la société chargée du contrôle de l’espace aérien en Belgique.

Les appareils doivent dès lors se guider via le satellite et leurs routes d’approche sont un peu différentes que d’ordinaire. Ils survolent donc parfois la capitale à une altitude moins élevée, passant éventuellement aussi au-dessus de zones plus habitées.

Une alternative est nécessaire

Si le bourgmestre de Koekelberg Ahmed Laaouej (PS) et la bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux (PS) prennent note de cette situation temporaire notamment liée à des vents contraires, ils estiment toutefois qu’elle est «insupportable» pour les riverains.

Le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) «doit réfléchir à une alternative», selon le député fédéral Ahmed Laaouej, qui a tenu à relayer l’insatisfaction des riverains. «Le gouvernement doit trouver une autre solution pour de telles situations d’urgence», ajoute celui qui est également chef de groupe PS à la Chambre. Il prévient qu’il interpellera le gouvernement à ce sujet devant le parlement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite