Thierry Neuville au rallye de Turquie : « La faute à la poussière »

Thierry Neuville au rallye de Turquie : « La faute à la poussière »
Photo News

Avant de repartir à l’assaut de la boucle de l’après-midi au rallye de Turquie, et après avoir enregistré l’abandon d’Ott Tanak peu après sa sortie de route survenue dès la première spéciale de la journée, Thierry Neuville est revenu sur les circonstances de cet incident qui lui a fait perdre plus de 4 minutes et demi, ainsi que toutes chances de succès et de bonne opération au championnat.

« Un rideau de poussière »

« Nous sommes arrivés sur un gauche lent qui suivait un droite serré », contait-il au parc de service, samedi midi. « Je pensais l’avoir vu, mais j’avais un rideau de poussière devant moi, et je me suis carrément retrouvé en dehors de la route, sur le flanc. Puis, le temps de sortir de la voiture et d’enfin obtenir l’aide des deux spectateurs qui se trouvaient dans ce coin désert, on a encore perdu de précieuses minutes avant de pouvoir repartir. »

Jean Todt a plaidé la cause des pilotes

Entendu par Jean Todt au parc de service, on a pu voir que le président de la FIA a tenté de plaider la cause des pilotes qui, dans leur grande majorité, se plaignaient effectivement de la poussière stagnante dans ces spéciales disputées en sous-bois, et surtout du fait que la direction de course avait décidé de fixer un écart de trois minutes entre les concurrents, alors que la veille, ils en avaient eu quatre.

« Pourquoi être repassé de 4 à 3 minutes d’écart entre les voitures ? »

« Je dois dire que je ne comprends pas bien cette situation », poursuivait le pilote Hyundai. « Cela fait plusieurs années qu’on en parle, mais cela reste souvent un problème, cet écart établi au départ entre les différentes voitures. On travaille en permanence sur nos voitures avec pour principal objectif d’en augmenter la sécurité, et puis on prend ce genre de décision. Je ne comprends pas ! »

« Tout est encore ouvert »

Inutile de dire que la situation n’arrange évidemment pas les bidons de notre compatriote, même si l’abandon d’Ott Tanak consécutif à des problèmes électriques ont rendu la situation un peu moins dramatique. Il n’empêche, à l’heure de reprendre la route pour la boucle de l’après-midi, Neuville pointait en 8e position, à plus de deux minutes du 7e classé. Ce qui ne l’empêchait pas de parler d’attaque, malgré tout : « Ce n’est pas la première fois qu’il y a des rebondissements, surtout entre nous trois, concluait-il. « Le scénario n’est pas le meilleur, mais pas le pire non plus. Ça fait quelques rallyes qu’on n’a pas la réussite de notre côté. On l’a encore vu en Allemagne (crevaison, NDLR). Tout est encore ouvert : le rallye se termine demain après-midi seulement… »

Lappi toujours en tête

En attendant, avant la boucle de l’après-midi, Lappi (Citroën) conservait la tête du classement général avec 10 secondes d’avance sur son équipier Ogier. On retrouvait ensuite Mikkelsen (3e à 1.08,1), Suninen (1.20,7), Sordo (2.10,9), Latvala (2.36,6), Meeke (2.36,7), et enfin Thierry Neuville, 8e à 4.50,5 du duo de Citroën, tandis que Tanak avait abandonné.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite