Bruxelles: la plateforme citoyenne craint la venue de manifestants d’extrême droite pour «nettoyer» certains quartiers

Bruxelles: la plateforme citoyenne craint la venue de manifestants d’extrême droite pour «nettoyer» certains quartiers

En réaction à l’interdiction de la marche d’extrême droite sur Bruxelles et de la contre-manifestation prévues dimanche dans la capitale, la coalition contre l’extrême droite et le fascisme «Stand Up» a annoncé samedi qu’un meeting sera organisé dimanche à 13H00 dans les locaux de la CGSP Bruxelles situés rue du Congrès. Ce meeting remplacera la contre-manifestation initialement prévue à la même heure.

La police de Bruxelles-Ixelles avait rendu un avis négatif quant à la tenue de la «marche sur Bruxelles» et des contre-manifestations qui pourraient s’organiser. Les participants à la marche voulaient protester contre l’absence du Vlaams Belang dans les négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement flamand, estimant que le cordon sanitaire autour de ce parti ne respecte pas le choix des électeurs.

La crainte de groupuscules

Selon des médias flamands, le groupe d’extrême droite «Blood, Soil, Honour et Faith» était impliqué dans l’organisation de cette marche. Le rassemblement était prévu à 14H00, place d’Espagne. Selon des informations qui sont parvenues à la plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés, des groupes particulièrement durs ont prévu de se rendre à Bruxelles malgré l’interdiction, notamment pour «nettoyer» certains quartiers à commencer par le quartier nord, point de ralliement de nombreux migrants.

De son côté, la coalition Stand Up indique s’interroger sur le fait que, via son interdiction, le bourgmestre bruxellois mette sur un pied d’égalité des groupes d’extrême droite et des individus qui militent contre ces idéologies. A noter que la police n’aborde la question qu’en termes de troubles à l’ordre public et qu’elle considère avant tout les risques de débordement ainsi que ceux liés à d’éventuelles confrontations entre les groupes opposés.

Face à la banalisation et à la propagation des idées d’extrême droite, un des membres de la coalition Stand Up estime cependant qu’il est important de pouvoir répondre directement à ce type de marches par la tenue de contre-manifestations et remet en cause la place accordée à ceux qui diffusent des considérations racistes et discriminantes: «Plus on les laisse parler, plus on les entend et plus leurs idées sont légitimées. L’extrême droite monte. A force d’entendre ces idées partout, c’est problématique. Pour nous, il faut les combattre à tout prix».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. Selon son avocat M
e
 Marc Uyttendaele, «
la souffrance de Delphine Boël est toujours là.
»

    Affaire Delphine Boël: la justice et l’ADN ont eu raison du déni d’Albert II

  3. Les dépenses en soins de santé vont augmenter, en raison des coûts technologiques.

    Manifestation nationale: des experts plaident pour refinancer la Sécurité sociale

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite