Elio Di Rupo appelle la Flandre à investir en Wallonie et à y créer de l’emploi

Elio Di Rupo appelle la Flandre à investir en Wallonie et à y créer de l’emploi

Il était moins une mais la Wallonie dispose bien d’un nouveau gouvernement pour les fêtes qui consacrent la Région.

Un nouveau gouvernement et donc un nouveau ministre-président. Quoique… Le socialiste Elio Di Rupo est monté sur la scène du théâtre royal de Namur avec l’aisance d’un habitué. Il faut dire qu’il entame un troisième mandat à l’Elysette.

Forcément, le discours prononcé par le Montois était largement calqué sur son exposé de la veille devant le parlement. Le Premier wallon a fait à nouveau l’éloge d’une Wallonie « ouverte et généreuse ».

Un propos que Jean-Claude Marcourt, le président du parlement, avait joliment illustré en début de séance : « Pour nous sont Wallons les femmes et les hommes qui vivent en Wallonie. Pas de droit du sol. Pas de préférence ethnique. Pas de rejet de l’autre chez nous. Sont Wallonnes et Wallons les femmes et les hommes de bonne volonté qui font société chez nous. »

Toujours pas d’exclusive

A propos d’ouverture, Elio Di Rupo a lancé un appel au nord du pays : « Nous accueillerons avec grand plaisir nos amis de Flandre. Ils sont les bienvenus pour créer chez nous des activités porteuses d’emplois. » Mais pas d’exclusive bien sûr : « Nous sommes également prêts à accueillir le reste du monde. »

Il faudra bien cela pour relever les défis qui se présentent : « Pour la Wallonie, il faut un saut quantique, un véritable bond en avant. Nous devons passer à la vitesse supérieure. »

Mais le ministre-président l’assure : « Une Wallonie nouvelle va bientôt voir le jour ».

Sur le même sujet
ParlementÉlio Di Rupo
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite