Près de 40.000 clients chez Cambio qui fête ses 15 ans

Près de 40.000 clients chez Cambio qui fête ses 15 ans

Le système de voitures partagées Cambio qui fête son 15e anniversaire compte près de 40.000 clients répartis dans toute la Belgique. Les responsables estiment qu’une voiture Cambio permet de remplacer 13 voitures particulières.

Cambio a inauguré sa flotte de véhicules partagés le 22 septembre 2004 à Gand, avec trois voitures pour autant d’emplacements. Le nombre de clients n’a ensuite cessé d’augmenter, de 20% chaque année environ, pour atteindre les 40.000 personnes. Il s’agit principalement de célibataires ou de personnes en couple (64%), les familles avec enfants représentant 36% des usagers, selon un sondage effectué par Cambio.

Ceux qui optent pour un tel système le font pour des raisons financières, mais aussi pour éviter des problèmes de parking. L’environnement et le fait de rouler peu (moins de 10.000 kilomètres par an) sont aussi avancés pour justifier le recours à ce service.

Cambio, surtout présent en Flandre et à Bruxelles, souhaite augmenter ses emplacements à l’avenir et s’implanter dans de nouveaux endroits. En Wallonie, quelques villes disposent également de véhicules Cambio: Mons, Charleroi, Tournai, Liège, Namur, Gembloux, Ciney, Verviers, Arlon, Ottignies-Louvain-la-Neuve et Wavre.

L’entreprise veut aussi intensifier sa collaboration avec les administrations locales et espère poursuivre l’électrification de son parc automobile et étudier des possibilités de formules intégrées, avec le train notamment.

>Voitures partagées: près de 500.000 trajets cambio et plus de 35.000 utilisateurs en 2018

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite