«La Wallonie doit prendre son destin à bras le corps», affirme Jean-Claude Marcourt

«La Wallonie doit prendre son destin à bras le corps», affirme Jean-Claude Marcourt

La Wallonie «doit prendre son destin à bras le corps», a affirmé le tout nouveau président du parlement régional, Jean-Claude Marcourt, à l’occasion de la cérémonie officielle des Fêtes de Wallonie, samedi après-midi au Théâtre de Namur.

«Les atermoiements mis à s’inscrire sur la voie du fédéralisme, de façon volontaire et volontariste, ont fait perdre à la Wallonie de précieuses années pour moderniser son économie et faire face tant aux changements de paradigmes sociétaux et environnementaux qu’à l’appétit croissant du nord du pays», un retard «que nous payons toujours aujourd’hui et «que nous devons désormais combler de manière définitive», a-t-il estimé.

«Cela exige que nous prenions notre destin à bras le corps. Pas pour nous replier sur nous-mêmes, comme le répètent en boucle celles et ceux qui n’aiment pas la Wallonie, qui la méprisent ou qui se nourrissent sur la bête. Bien au contraire. Nous avons une chance inouïe de vivre dans une région ouverte sur le monde, ouverte aux autres cultures, ouverte à celles et ceux qui choisissent d’y vivre», a poursuivi Jean-Claude Marcourt.

«Pour nous, sont Wallons, les femmes et les hommes qui vivent en Wallonie. Pas de droit du sang, pas de préférence ethnique, pas de rejet de l’autre chez nous», a-t-il ajouté en appelant par ailleurs à «saisir tous les leviers utiles» pour «prendre son destin en main».

Chercher des solutions « équilibrées et efficaces »

«Je ne dis pas qu’il faut ouvrir le chantier d’une nouvelle réforme de l’État alors que la sixième réforme est loin d’avoir été entièrement digérée. Mais il appartient aux femmes et aux hommes politiques de ce pays de chercher des solutions équilibrées et efficaces pour le bien-être de l’ensemble de la population», a pointé le nouveau président du parlement régional.

«La confiance, et singulièrement la confiance en soi, ne se décrète pas. Elle s’acquiert petit à petit et, si trop de confiance conduit souvent à la désillusion, le manque de confiance, lui, tétanise et embourbe dans l’immobilisme, a-t-il encore souligné.

«Nous avons besoin de reprendre confiance en nous et tant l’enseignement que la culture, doivent nous y amener», a enfin assuré M. Marcourt, qui a quitté les rangs ministériels de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour occuper, depuis hier/vendredi, le perchoir de l’assemblée régionale, une nomination dont il semble le premier surpris mais qu’il entend bien mettre à profit pour «faire en sorte qu’au Parlement de Wallonie, les citoyens se sentent écoutés et représentés».

>Elio Di Rupo appelle la Flandre à investir en Wallonie et à y créer de l’emploi

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  2. PHOTONEWS_10798099-022

    Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir

  3. Conner Rousseau ne porte pas un pull à capuche uniquement pour une question de confort. Le président du SP.A a lancé sa propre ligne de vêtements au profit des centres de préventions pour le suicide. Ces derniers sont menacés par les mesures d’économies du gouvernement flamand. © Pierre-Yves Thienpont.

    Conner Rousseau (SP.A) au «Soir»: «Des élections? Ce serait la fin de la Belgique!»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite