Athlétisme: la Ligue belge refuse la sélection d'un athlète pour Doha

Athlétisme: la Ligue belge refuse la sélection d'un athlète pour Doha
Photo News

La Ligue belge d’athlétisme (LRBA) a décidément l’art de se tirer une balle dans le pied. A l’heure de la sélection finale des hommes et des femmes qui disputeront les 4 x 400 m aux Mondiaux de Doha (27 septembre-6 octobre), sa commission de sélection vient de refuser (mais pas à l’unanimité…) de reprendre Robin Vanderbemden, qui avait été désigné par le coach Jacques Borlée pour faire partie du groupe des cinq sélectionnés aux côtés de ses fils Kevin et Dylan, Jonathan Sacoor et Julien Watrin chez les Tornados.

La raison ? Vanderbemden n’a aucun temps de référence sur 400 m individuel cette saison. Peu importe que le Serésien a une expérience déjà riche en relais, qu’il était dans le groupe des Tornados qui s’est qualifié pour Doha, en mai, lors des Relais mondiaux de Yokohama, qu’il a un record personnel de 45.65 (2017) et qu’il a affiché récemment une excellente forme sur 200 m, il n’a pas répondu au point du règlement qui impose d’avoir réussi un chrono sur 400 m cette année. Du coup, c’est le jeune Alexander Doom (22 ans), qui a un temps 2019 de 46.43 mais qui a récemment terminé… 8e du 400 m des championnats de Belgique en 47.39 qui devrait être repris, eu égard au ranking belge de la saison sur le tour de piste.

Cette décision risque de coûter cher aux relais hommes et mixte à Doha, où l’objectif est de passer en finale et de décrocher ainsi un billet pour les Jeux olympiques. Le moindre pépin physique de Kevin Borlée, Dylan Borlée, Jonathan Sacoor (qui disputera également l’individuel) ou Julien Watrin obligerait Jacques Borlée à aligner un athlète, certes prometteur, mais qui n’a pas le niveau pour un tel rendez-vous.

L’idée de certains, du coup, est de désigner un 6e homme pour le relais. Reste à voir si cette proposition sera acceptée et si celui-ci pourrait alors être Vanderbemden ou devrait être Asamti Badji, qui occupe la 7e place au ranking belge de l’année avec 46.89.

Schoemaker malgré tout

Côté féminin, c’est finalement la jeune Liefde Schoemaker, 16 ans, qui a été désignée comme sixième relayeuse aux côtés de Camille Laus, Paulien Couckuyt, Hanne Claes, Manon Depuydt et Imke Vervaet.

Schoemaker, qui faisait également partie de l’expédition à Yokohama où elle avait très bien couru, s’était blessée il y a un mois à l’ischio à l’entraînement et son cas posait problème. Mais selon son entraîneur, Arnaud Ghislain, l’athlète du Moha est rétablie et sa dernière séance à l’entraînement s’est déroulée sans problème. Là aussi, on croise les doigts…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite