Neymar insulté et sifflé par les supporters du PSG: retour compliqué au Parc des Princes pour le Brésilien (vidéo)

Neymar insulté et sifflé par les supporters du PSG: retour compliqué au Parc des Princes pour le Brésilien (vidéo)
Photo News

Neymar était titulaire au coup d’envoi avec le Paris Saint-Germain pour affronter Strasbourg samedi en Ligue 1 (17h30): après un été d’interminables rumeurs et négociations pour son départ, le Brésilien, finalement resté, a rejoué, sous la bronca, après quatre mois sans porter le maillot parisien.

Copieusement sifflé et conspué à chacune de ses touches de balles, insulté par le public du Parc des Princes à travers chants et banderoles - l’une d’elle invitant le père de la star à mettre son fils en vente dans un quartier de prostitution carioca... -, le retour n’a, comme attendu, pas été une partie de plaisir.

L’entraîneur Thomas Tuchel, qui avait assuré la veille qu’il était «nécessaire» que Neymar fasse son retour après ce mercato à rebondissements, n’a pourtant pas tergiversé en alignant d’entrée son N.10 dans un Parc où il n’est plus en odeur de sainteté.

L’ancien Barcelonais, qui n’a pas rejoint son ex-club malgré son souhait à peine caché de le retrouver, n’avait plus évolué sous les couleurs du club de la capitale depuis le mois de mai 2019, lors d’un match de L1 à Angers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Pairoj Piempongsant négocie la revente du club à un actionnaire anglais, dont l’identité reste pour le moment secrète.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Mouscron: la reprise ne se fait pas dans l’urgence

  • PHOTONEWS_10836396-034

    Par Didier Schyns

    Standard

    Le Standard doit inscrire au moins 2 buts pour l’emporter

  • ©News

    Par François Laurent

    Anderlecht

    Anderlecht: Vlap peut se reposer sur ses buts, pas sur son niveau de jeu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite