Gilets jaunes: 1.800 manifestants à Nantes, des heurts avec la police

Gilets jaunes: 1.800 manifestants à Nantes, des heurts avec la police

Des «gilets jaunes» ont manifesté samedi dans toute la France, notamment à Nantes où ils avaient appelé à un rassemblement national, à l’occasion de leur «acte 44» marqué par des heurts avec les forces de l’ordre, des interpellations, des blessés et de nombreuses dégradations.

Quelque 1.800 personnes ont défilé à Nantes, selon la police, et dans l’après-midi ont éclaté des heurts qui ont fait plusieurs blessés.

Les manifestants, dont très peu arboraient le gilet fluorescent, sont partis de l’ouest cossu de la ville pour rejoindre le centre, où la situation a dégénéré en milieu d’après-midi, donnant lieu à des jets de projectiles, auxquels la police a répondu par des grenades lacrymogènes. Le dispositif policier était particulièrement imposant, avec plusieurs véhicules blindés positionnés dans le centre.

«Justice pour Steve, ni oubli ni pardon», «Moins de costards, plus de homards», pouvait-on lire sur des pancartes. Des manifestants scandaient «Tout le monde déteste la police», «La police mutile, la police assassine».

«Je suis venue pour défendre la justice sociale, les services publics sont torpillés», a déclaré à l’AFP Sylvie, institutrice de 59 ans.

De nombreux commerces et abribus ont été dégradés, des poubelles et un transformateur incendiés. Au moins deux manifestants ont été blessés, a constaté l’AFP.

A 20H00, 35 personnes avaient été interpellées, selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), qui a fait état de cinq blessés chez les forces de l’ordre.

Vingt-deux cocktails molotov et dix mortiers avaient été découverts avant le départ des manifestants, tandis qu’une centaine de parapluies et un extincteur ont été saisis, selon la police.

Plusieurs groupes de «gilets jaunes» avaient appelé à un rassemblement national à Nantes pour relancer le mouvement, près d’un an après ses débuts, dans une ville marquée par la mort de Steve Maia Caniço. Cet animateur de 24 ans a disparu le soir de la Fête de la musique, après une intervention policière controversée. Son corps a été retrouvé cinq semaines plus tard dans la Loire.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé vendredi la mutation du commissaire divisionnaire chargé de l’intervention, le rapport de l’Inspection générale de l’administration (IGA) ayant estimé que le commissaire avait «manqué de discernement».

700 manifestants à Nancy

Environ 700 personnes, selon la police, ont manifesté à Nancy, point de rassemblement des «gilets jaunes» du Grand Est. Les manifestants ont crié «Macron démission», avant que des tensions n’éclatent en fin de parcours, les forces de l’ordre faisant usage de lacrymogènes et de grenades de désencerclement, selon un photographe de l’AFP. La préfecture de Meurthe-et-Moselle a fait état de trois blessés légers.

A Paris, quelque 500 «gilets jaunes» ont défilé dans le calme entre la porte de Choisy et le boulevard de Grenelle, près de la Tour Eiffel, où ils se sont dispersés dans l’après-midi. Une centaine de manifestants s’étaient aussi donné rendez-vous à l’aéroport d’Orly pour protester contre la privatisation prévue des aéroports parisiens.

A Lyon, quelque 400 manifestants se sont rassemblés place Bellecour. De brefs heurts ont éclaté et onze personnes ont été interpellées, selon la préfecture.

A Toulouse, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans le centre aux cris de «Toulouse, Toulouse, soulève-toi». Des dizaines de manifestants ont brièvement occupé les quais de la gare de Toulouse Matabiau.

A Marseille, 200 personnes, dont une cinquantaine porteurs de la chasuble symbolique, ont défilé derrière une banderole appelant à la «suppression de l’IGPN, au service du blanchiment des polices».

Le mouvement a également rassemblé 200 personnes à Montpellier et 300 à Bordeaux, selon la police. Une quarantaine de «gilets jaunes» ont accueilli le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, à la Foire de Pau, entonnant: «On est là, on est là, on est toujours là». Les forces de l’ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite