Vente discrète de Voo: Enodia assure avoir obtenu toutes les informations auprès de Nethys

Vente discrète de Voo: Enodia assure avoir obtenu toutes les informations auprès de Nethys

L’intercommunale Enodia (ex-Publifin) a obtenu toutes les informations nécessaires auprès de sa filiale Nethys concernant diverses opérations en cours dont le projet de vente de Voo, a-t-elle fait savoir samedi soir à l’issue d’un conseil d’administration conjoint avec Nethys.

Le Soir rapportait vendredi que Nethys avait conclu avant le 24 mai une offre liante pour la vente du télé-distributeur Voo avec le fonds d’investissement américain Providence. L’accord prévoirait la cession de 50% plus une action de Voo à Providence.

Voo SA est une filiale de Nethys dans laquelle sont logés ses actifs télécoms, de télédistribution, la société Be TV et les call-centers. La clôture de l’opération est prévue pour cet automne.

Enodia a donné mandat l’an dernier à Nethys pour la cession de participations majoritaires dans certains secteurs concurrentiels, comme les télécommunications. Si le deal autour de Voo a bien été conclu avant le 24 mai, Enodia n’aura peut-être plus aucun droit de regard sur l’accord, pointait le journal Le Soir.

«Nous avons reçu toutes les explications concernant la vente de Voo notamment», a commenté Muriel Targnion, présidente d’Enodia, au micro de la RTBF samedi soir.

► Quand Nethys vend le télédistributeur Voo sans prévenir le conseil d’administration

Une condition de taille

Dans son communiqué, Enodia insiste sur la discrétion indispensable à adopter dans cette recherche de partenaires potentiels. «Le projet présenté par le CA de Nethys l’est comme étant l’aboutissement d’une procédure transparente, dans laquelle différentes offres ont pu être déposées, comparées et analysées et comportant les garanties demandées relatives à la défense de l’emploi, aux sièges d’activité du groupe et à l’intérêt des actionnaires publics.»

Enodia ajoute que les projets discutés samedi avec Nethys ne sont «nullement encore arrêtés à ce jour et devront être débattus avec les différents actionnaires du groupe».

Enodia devra en effet encore finaliser les négociations avec Brutélé, partenaire de Nethys au sein de Voo. D’après Le Soir, l’accord pour une cession de Voo serait en effet soumis à une condition de taille: que les actionnaires bruxellois et wallons de Brutélé acceptent de céder leurs parts à Enodia.

>Jean-Marc Nollet sur Nethys/Voo: «Stephane Moreau et toute sa clique doivent partir» (vidéo)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. FILES-BRITAIN-ENTERTAINMENT-TERRY JONES

    Monty Python: Terry l’enchanteur a trouvé le sens de la vie

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite