Brexit: Boris Johnson parle «d’énormes progrès» vers un accord

Boris Johnson
Boris Johnson - AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dit samedi que « d’énormes progrès » étaient en cours pour aboutir à un accord sur le Brexit entre l’Union européenne et le Royaume-Uni, qu’il a comparé à Hulk, dans le journal Mail on Sunday.

« Quand j’ai obtenu cette fonction, tout le monde disait qu’absolument aucune modification à l’accord de retrait n’était possible (…). Ils (les dirigeants de l’UE) sont revenus là-dessus et, comme vous le savez, une très, très bonne conversation se tient sur la manière de traiter les problèmes de la frontière nord-irlandaise. Des progrès énormes sont en cours », a dit le chef de gouvernement.

Les deux parties achoppent sur la manière d’éviter le rétablissement d’une frontière physique entre l’Irlande, Etat membre de l’UE, et la province britannique d’Irlande du Nord après le Brexit.

Londres rejette la solution dite du « filet de sécurité » (ou « backstop »), incontournable aux yeux de Bruxelles faute d’alternative crédible. Elle prévoit que le Royaume-Uni tout entier reste dans un « territoire douanier unique » avec l’UE si une meilleure solution n’est pas trouvée à l’issue d’une période transitoire.

« Il va y avoir beaucoup de travail d’ici le 17 octobre », date du dernier sommet de l’UE avant la sortie du Royaume-Uni de l’Union prévue le 31 octobre. « Mais je vais aller à ce sommet et je vais obtenir un accord, j’ai vraiment bon espoir. Et si nous n’obtenons pas d’accord, eh bien nous sortirons le 31 octobre », a ajouté M. Johnson.

« BoJo » a enfin comparé son pays au super-héros Hulk : « Plus Hulk se met en colère, plus Hulk devient fort et il s’échappe toujours, même s’il avait l’air bien ligoté, et c’est le cas de ce pays. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite