Le Sporting d’Anderlecht doit s’attendre à une sacrée opposition de style face à l’Antwerp

Un nouveau bon test pour les Mauves.
Un nouveau bon test pour les Mauves. - Belga

«  L’Antwerp est une des équipes les plus agressives du championnat. Elle met une grosse pression sur son adversaire », a déclaré Simon Davies, l’entraîneur anderlechtois, vendredi. L’opposition de style sera donc flagrante ce dimanche sur la pelouse du Parc Astrid. D’autant que les Mauves ont perdu 1-2 contre le matricule 1 en avril dernier. Ce revers avait d’ailleurs coupé une série d’invincibilité anderlechtoise de sept duels.

Si les confrontations directes tournent souvent à l’avantage du RSCA, la donne change toutefois ces derniers mois au niveau du classement puisque les Anversois naviguent dans les mêmes eaux que leur adversaire dominical. Face à une équipe d’Anderlecht joueuse et composée de nombreux petits formats, l’Antwerp dénote avec des éléments au gabarit bien plus costaud et un jeu à l’image de leur entraîneur Laszlo Boloni : fougueux. C’est donc un fameux challenge physique qui attend les jeunes pousses anderlechtoises qui vont faire face à un nouveau défi de taille avant de se rendre à Bruges, dimanche prochain. « Je ne pense pas qu’Anderlecht a le jeu pour rivaliser avec l’Antwerp sur le plan physique », juge Alex Czerniatynski, passé par les deux clubs en tant que joueur. « L’Antwerp propose un jeu très rugueux mais tout en restant sportif. Le style d’Anderlecht, cela a toujours été un football technique avec un ballon qui circule beaucoup. On voit que c’est ce que Vincent Kompany tente de mettre en place depuis son arrivée. C’est un bon test qui attend les Mauves car les Anversois disposent d’un bon bloc auquel il faut ajouter quelques bonnes individualités. »

Lancer la saison

Vainqueur du Standard il y a deux semaines, le Sporting a peut-être définitivement lancé sa saison grâce à ce succès dans le Clasico. Néanmoins, cette victoire est tombée juste avant la trêve internationale et le RSCA n’a pas pu enchaîner directement. Reste à voir si cette interruption aura freiné ou non l’euphorie des Anderlechtois. Ce week-end, les troupes de Kompany retrouvent néanmoins d’anciens Standardmen : Bolat, Arslanagic, De Sart, Mbokani, le coach Bölöni, voire Mirallas. Et puis, un ex-Mauve pourrait faire son retour : Steven Defour après sa parenthèse anglaise.

Toujours est-il qu’un succès sera le bienvenu pour les Bruxellois qui présentent un maigre bilan de 5 sur 18 et qui doivent rapidement se reprendre pour éviter de voir leurs concurrents prendre le large en tête du classement. « On sent que la victoire contre le Standard a été un véritable soulagement. Certes, Anderlecht est en pleine reconstruction, mais le club doit toujours jouer pour un trophée en fin de saison. Je constate que tout le monde est content par le jeu développé. Il ne faut toutefois pas se contenter de la manière. Il est aussi important d’avoir des résultats. Ce qu’il manque à Anderlecht, c’est un buteur qui peut marquer entre 15 et 20 buts sur une saison. Je pense par exemple à Mbokani, mais je sais que le Congolais se sent bien à l’Antwerp. En tout cas, une deuxième victoire ferait le plus grand bien au Sporting », conclut « Czernia ».

À noter que Samir Nasri est absent alors que Thomas Didillon est repris dans le groupe.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • David Elleray s’est exprimé devant la presse à Tubize.

    Par Jonas Bernard

    Division 1A

    David Elleray, patron de l’arbitrage belge: «Nos arbitres sont désormais des athlètes»

  • belgaimage-155853530-full

    Par Etienne Pairoux

    Standard

    Standard: huit jours sous pression pour les Rouches

  • Karim Belhocine a insisté sur l’efficacité avant le déplacement au Cercle.

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi encore face à l’inconnu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite