Tunisie: l’épouse du dernier président décède le jour des élections présidentielles

Elections présidentielles en Tunisie
Elections présidentielles en Tunisie - AFP

La femme du dernier président tunisien Beji Caid Essebsi est morte dimanche alors qu’a précisément lieu l’élection présidentielle visant à trouver un successeur à celui qui est décédé en juillet dernier à l’âge de 92 ans.

Chadlia Farhat s’est éteinte à l’âge de 83 ans, selon l’agence de presse étatique TAP, qui ne donne pas davantage de détails. Son fils, Hafedh, a confirmé ce décès sur sa page Facebook.

La veuve d’Essebsi est morte à l’hôpital militaire de Tunis où elle avait été emmenée samedi après un souci de santé non spécifié, à en croire les médias locaux.

Prévue en décembre, l’élection présidentielle a été avancée après le décès, en juillet dernier, du premier président démocratiquement élu du pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite