Coalition fédérale: Crucke (MR) n’exclut pas des pourparlers communautaires mais rejette le confédéralisme

Coalition fédérale: Crucke (MR) n’exclut pas des pourparlers communautaires mais rejette le confédéralisme
PhotoNews

Le vice-président du MR, Jean-Luc Crucke, n’a pas exclu dimanche que les partis politiques s’engagent dans des pourparlers communautaires, pour autant que ceux-ci ne portent pas sur le confédéralisme ni la scission du pays, a-t-il affirmé sur le plateau de l’émission « De Zevende Dag » sur la VRT.

Le ministre wallon reconnaît que le fonctionnement institutionnel du pays est grippé. Faut-il dès lors envisager une nouvelle réforme de l’État ? « Les portes doivent toujours rester ouvertes pour trouver la meilleure solution possible pour la Belgique », a commenté M. Crucke.

« C’est déjà quelque chose » de voir les deux plus grandes formations politiques de chaque Communauté, le PS et la N-VA, se parler. « Mais ils doivent aussi accepter la nécessité de trouver des solutions allant dans l’intérêt général, et pas seulement de leur propre parti », a ajouté le réformateur.

Quoi qu’il en soit, des pourparlers communautaires ne constituent pas une priorité à ses yeux. « Nous devons avant tout avoir un gouvernement pour gérer le budget et les problèmes sociaux ».

Jean-Luc Crucke a assuré que le MR « ferait tout » pour que l’Open Vld ne soit pas écarté de la table. L’hypothèse a été évoquée cette dernière semaine dans les rangs socialistes, alors que seuls trois des quatre partis flamands toujours associés à la mission royale d’information (N-VA, Open Vld, CD&V et SP.A) sont mathématiquement nécessaires à une majorité.

Invalid Scald ID.

Le ministre wallon a par ailleurs soutenu l’idée de voir sa collègue fédérale Sophie Wilmès accéder au 16 rue de la Loi lorsque Charles Michel devra prendre la tête du Conseil européen. « Ce serait bien qu’une femme devienne Première ministre, même si ce ne devait être qu’à intérim ».

Sophie Wilmès citée pour succéder à Charles Michel au poste de Premier ministre

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite