Hockey: début de championnat idéal pour l’Orée face au Léopold

Hockey: début de championnat idéal pour l’Orée face au Léopold
Thierry Roge (Belga).

Les protégés de Steve Crauwels n’ont pas loupé leur entame de championnat en repartant de l’avenue Dupuich avec 3 points largement mérités. En effet, le Léopold, champion en titre, n’est pas parvenu à conserver son sang-froid en fin de rencontre alors que les visiteurs ont remis un coup d’accélérateur dans les 5 dernières minutes. L’Orée avait d’ailleurs parfaitement réussi son entame de rencontre avec un premier but de Tomi Domene sur penalty dès la 8e minute. Au quart d’heure, c’est Alex de Paeuw, à l’origine et à la conclusion de l’action collective, qui doublait méritoirement l’avance de ses couleurs. Et le score aurait pu encore s’alourdir si Romain Henet ne s’était pas montré à son avantage sur plusieurs autres possibilités face à ses adversaires. Mais les Ucclois retrouvaient enfin leurs sensations et revenaient dans le match, en seulement 2 minutes, via Arthur Verdussen (24e) et Tom Degroote (26e), qui profitait d’une erreur de marquage.

En seconde période, le match était un peu plus équilibré et Tom Boon se mettait, enfin, en évidence pour son premier match sous ses nouvelles couleurs. Mais malgré beaucoup de bonne volonté, l’attaquant des Red Lions ne parvenait pas à trouver le chemin des filets. En fin de 3e quart-temps, Tomi Domene pensait avoir inscrit le 3e but de son équipe sur le 5e penalty de l’Orée mais le duo arbitral annulait logiquement le but pour un jeu dangereux. Tom Boon héritait d’un nouveau p.c., le 3e, mais sa tentative terminait sa course sur le poteau du but. Le Léo se montrait de plus en plus pressant mais il manquait de sérénité pour terminer ses actions. Et à la 65e minute, sur une contre-attaque rapide de Charles Masson, Jeremy Duncan ne se posait pas de question et plaçait la balle, en finesse, hors de portée de Romain Henet.

« Nous avons gagné ce duel au caractère », se réjouissait Steve Crauwels. « Nous avons livré une bonne prestation. A 0-2, nous avons peut-être trop voulu jouer le score et nous avons reculé. Mais Nous avons remis les choses en place en fin de rencontre. Nous avons défendu avec le cœur. Nous voulions avoir notre revanche après l’élimination en quarts de finale la saison dernière. Je suis très fier de mes joueurs car ils ont répondu présent sur le terrain. Mais il faudra rester concentré pour ne pas perdre cet avantage lors des prochaines journées. La saison sera longue… »

De côté de Tom Boon, la déception était évidemment bien au rendez-vous. « Nous n’avons pas joué à notre niveau face à l’Orée même si nous avons dominé la possession de balle et que la structure était bien en place à certains moments. Mais ils ont bien joué le coup en contre et ils en ont profité. Nous sommes bien revenus dans le match et nous avons obtenu les occasions pour faire 3-2 mais le but est finalement tombé pour notre adversaire. Mais le résultat n’est pas volé. Nous ne méritions certainement pas beaucoup plus aujourd’hui. »

L’Orée devra à présent confirmer ce premier succès, dimanche prochain, au Dragons. De son côté, le Léopold voudra remettre les pendules à l’heure en visite chez les promus de Namur qui ont déjà subi une première correction en visite au Braxgata (9-1).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite