Bruxelles: VTM épingle le piétonnier comme un «lieu où rodent illégaux et criminels»

Bruxelles: VTM épingle le piétonnier comme un «lieu où rodent illégaux et criminels»
Capture d’écran VTM

C’est un triste portrait de la capitale que dresse VTM ce dimanche et qui ne manque pas de faire réagir : la chaîne a envoyé un journaliste suivre une patrouille de police et conclut que le centre de Bruxelles est aux prises avec un grave problème de criminalité de rue. « Les touristes et les fêtards sont dévalisés dans la rue, surtout le week-end et au petit matin », écrit le média flamand. Un problème qui se concentrerait autour du piétonnier et de la place de la Bourse. VTM va jusqu’à écrire que le quartier est « connu comme un ‘no man’s land’, un lieu où rodent les immigrants clandestins et les criminels ».

► La criminalité a chuté de 19 % à Bruxelles en dix ans

Pour étayer ses propos, VTM se base sur les observations d’un de ses journalistes. Samedi, 5h du matin : il est témoin d’un vol manqué au coin de la rue des pierres. L’un des auteurs des faits est étendu au sol après avoir été frappé à plusieurs reprises. La police arrive sur place. Une demi-heure plus tard, un second incident a lieu : deux hommes tentent de voler un touriste. La victime a perdu son portefeuille et son téléphone portable. Deux suspects seront emmenés pour interrogatoire.

► Bruxelles : hausse des vols à la tire et avec violence dans le quartier Lemonnier

D’après la chaîne, les signalements de vols avec violence auraient augmenté ces dernières semaines : vol de montres, gsms, portefeuilles ou sacs à main. Une fois la nuit tombée, les passants deviendraient la cible des criminels de rue. « La nuit même, la police a arrêté quelques criminels devant notre équipe. Ils sont généralement libérés après un interrogatoire. La paix ne revient qu’à six heures du matin, lorsque le premier camion-poubelle arrive et que les rues de Bruxelles sont balayées ».

La chaîne ne donne aucun chiffre pour confirmer ou infirmer ses propos.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite