Grand Prix de Montréal: Greg Van Avermaet remporte la 10e édition

Grand Prix de Montréal: Greg Van Avermaet remporte la 10e édition
Photo News

Greg Van Avermaet (CCC) a remporté dimanche la 10e édition du Grand Prix cycliste de Montréal, le second volet des manches du WorldTour disputées au Canada. Au terme des 219,6 km d’une course assez débridée composée de 18 tours (deux de plus que l’an dernier) d’un circuit très exigeant de 12,2 km autour du Mont Royal et après un total de 4.734 mètres de dénivelé positif, le champion olympique de Rio a émergé dans le sprint final en faux-plat montant. Déjà vainqueur en 2016, il a devancé l’Italien Diego Ulissi (UAE Team Emirates), le vainqueur 2017, et l’Espagnol Ivan Garcia Cortina (Barhain-Merida). Tim Wellens (Lotto Soudal), lauréat en 2015, a fini 4e.

Van Avermaet succède au palmarès à l’Australien Michael Matthews (Sunweb). Celui-ci avait réussi vendredi le doublé dans le GP de Québec douze mois après un premier succès. « Golden Greg » signe son 3e succès de la saison après la 3e étape du Tour de Valence et la 4e du Tour du Yorkshire. Il avait fini 3e vendredi à Québec.

Le Français Benoît Cosnefroid (AG2R) a filé seul à moins de 9 km de l’arrivée. Il a été pris en chasse d’abord par Tim Wellens (Lotto Soudal) puis par Enric Mas (Deceuninck-Quick Step) et enfin par Julian Alaphilippe. Le leader des Deceuninck-Quick Step a rejoint son compatriote et les deux hommes ont collaboré alors que derrière Peter Sagan (BORA-hansgrohe) emmenait la chasse. Les Français étaient débordés à 300 mètres de l’arrivée et Van Avermaet débordait Ulissi pour décrocher sa plus belle victoire de la saison. Il devient le premier double vainqueur dans la plus grande ville du Québec.

Ces deux épreuves québecoises assez exigeantes réunissaient de nombreux candidats aux lauriers mondiaux 2019 qui seront attribués dans deux semaines, le 29 septembre, à Harrogate en Angleterre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite