Mouscron remporte son duel face à Courtrai et rejoint le FC Bruges au classement

Mouscron remporte son duel face à Courtrai et rejoint le FC Bruges au classement
Photo News

Le match de clôture de la 7e journée du championnat de Belgique de football s’est terminé par la victoire 2-0 de Mouscron sur Courtrai. Diogo Queiros (43e) et Aleix Garcia (73e) ont inscrit leur premier but. Au classement, les Hennuyers se retrouvent en 3e position avec 14 points tout comme le Club Bruges à une unité du Standard. Courtrai (8 points) reste 11e.

Mouscron a tenté d’abréger le round d’observation. Mais s’ils avaient la possession du ballon, les Hurlus exerçaient une pression stérile. A l’image du centre à ras de terre de Sami Allagui, qui n’a trouvé aucun équipier à la réception (11e). L’attaquant tunisien n’a pas été plus efficace quand, sur un cadeau de Hannes Van der Bruggen, il a traversé un demi-terrain. Mais après voir pris son adversaire de vitesse, il n’a pu éviter l’intervention de Sébastien Bruzzese (15e). Inexistant, Courtrai est resté dans le match grâce à son gardien, qui est encore bien intervenu sur Garcia lancé en profondeur (22e).

Le match était à sens unique mais une frappe enroulée de Rafal Pietrzak est passée à côté (31e) et après avoir arraché un bon ballon dans la défense coutraisienne, Frank Boya s’est montré trop enthousiaste au moment de parachever son action (31e). Finalement, les Wallons picards ont trouvé la faille sur corner grâce à Queiros. Le Portugais prêté par le FC Porto a gagné son duel avec Kristof D’Haene pour placer le ballon de la tête dans l’angle opposé (43e, 1-0).

A la reprise, Mouscron a eu une belle occasion de doubler l’écart sur un penalty mais Allagui a confirmé son jour sans en manquant à la 52e une seconde conversion après celle lors de la journée précédente à Malines. Tout cela a eu le don de réveiller les Kerels. Les rôles ont changé : Ilombe Mboyo a obligé Jean Butez à sortir un ballon avec le plat du pied (58e) et un envoi de Julien de Sart a heurté le montant (60e). Courtrai a toutefois été bloqué dans sa course-poursuite à cause de Lucas Rougeaux, qui a pris sa seconde carte jaune (68e).

Cette exclusion a arrêté les souffrances de la défense mouscronnoise et sur un beau mouvement amorcé par Jonah Osabutey, Garcia prêté par Manchester City a inscrit son premier but pour les Hurlus à l’occasion de sa première apparition (73e, 2-0).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Remplacé, il a filé vers les vestiaires sans s’asseoir sur le banc.

    Par Rocco Minelli

    Italie

    Serie A: on ne changera pas Cristiano Ronaldo…

  • belgaimage-158128449-full

    Par Frédéric Larsimont

    Division 1A

    Felice Mazzù en fin de course à Genk

  • ©News

    Par François Laurent

    Diables rouges

    Diables rouges: un nouveau maillot qui divise les foules

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite