La police australienne a transmis l’affaire de la disparition de Théo Hayez au Coroner

La police australienne a transmis l’affaire de la disparition de Théo Hayez au Coroner

La police locale australienne a transmis l’affaire de la disparition de Théo Hayez à Byron Bay fin mai, au Coroner de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, officier de justice chargé de faire la lumière sur les causes de certains types de décès, ont confirmé à Belga lundi la police régionale et le bureau du Coroner.

>Dans un message émouvant, le père de Théo Hayez évoque l’hypothèse que son fils se soit noyé

«Les détectives de la police du district de Tweed/Byron, qui ont enquêté sur la disparition du Belge porté disparu, Théo Hayez, ont référé l’affaire au Coroner de Nouvelle-Galles du Sud», indique une déclaration de la police de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud (côte est). «Le garçon de 18 ans a été vu pour la dernière fois le vendredi 31 mai 2019 dans un hôtel sur Jonson Street à 23h00», poursuit la déclaration précisant que la famille du disparu exige le respect de sa vie privée à ce stade. La famille «souhaite remercier le public et la communauté de volontaires pour leur soutien continu», conclut la déclaration officielle de la police.

Hommage

Le bureau du Coroner a confirmé avoir reçu le dossier de la part de la police locale. Il appartient désormais à l’officier de justice de décider d’ouvrir ou non une enquête (’inquest’, NDLR), un processus qui peut prendre plusieurs mois au minimum.

Théo Hayez, jeune homme de 18 ans originaire de Overijse, était en voyage en Australie depuis fin 2018. Il a été aperçu pour la dernière fois le 31 mai dans la station balnéaire de Byron Bay alors qu’il devait retourner en Belgique début juin. Son téléphone avait été enregistré par une borne le lendemain près du phare au nord-est de la localité.

Dimanche soir, près de trois mois après sa disparition, les proches du disparu, les volontaires et la communauté de Byron Bay se sont réunis sur une plage de la station balnéaire lors d’une cérémonie en sa mémoire. Une centaine de personnes étaient présentes au coucher du soleil et de grandes fresques avaient été dessinées dans le sable pour l’occasion.

>Un rassemblement en hommage à Théo Hayez en Australie (photos et vidéo)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite