Accueil Opinions Chroniques

«La France, dictature totalitaire»? La charge absurde de Mélenchon...

Dans un livre qu’il vient de publier, l’homme fort de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon décrit la France de Macron comme l’un des pires régimes tyranniques. Des déclarations totalement absurdes. Et une illustration parmi d’autres de la folie qui s’empare de l’Hexagone...

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

Peut-on abattre juridiquement un représentant de l’opposition quand il a atteint 20 % des suffrages à l’élection présidentielle ? » a écrit Jean-Luc Mélenchon dans un livre où il décrit la France macronienne sous la forme d’une dictature totalitaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, jeudi 19 septembre 2019, 10:30

    Triste personnage parmi tant de nullité Mélenchon est individu d’un ego surdimensionné, surtout lorsqu’il a devant lui un jeune journaliste dont il se fait un plaisir de le torturer par des réponses que, d’ailleurs, ils n’oseraient pas émettre devant des journalistes ayant de l’expérience. J’ai un jour assisté à une mise à mort d’une toute jeune journaliste à la TV. Il n’a dégoûté pour la vie, horrible individu, imbus de sa personne comme pas possible !!!

  • Posté par Deckers Björn, mardi 17 septembre 2019, 9:56

    En effet, Jean-Luc Mélenchon achève de se discréditer lui même avec une consternante application. Son cirque est de plus en plus pitoyable. Les électeurs progressistes ne s'y sont pas trompés aux dernières européennes ramenant le tribun les pieds sur terre et changeant de formation progressiste leader en France (EELV). Jean-Luc Mélenchon pourrait pourtant faire oeuvre utile en parlant de "démocrature". Oui en France, la quasi totalité des grands médias appartiennent à des intérêts privés importants qui ont un intérêt évident à façonner l'information en faveur du macronisme (ce social-libérlisme très CAC40 quand même). Oui, ils ont même intérêt à façonner un nouveau bipartisme entre Macron et Le Pen étant entendu que la seconde est un épouvantail pratique. Oui, et LE SOIR le rappelait encore lors de la crise des gilets jaunes. La France reste un pays flicard où la contestation est possible mais discrètement brutalement réprimée dès que ça dégénère. Le syndrome de Louis XVI autorise le pouvoir à éteindre fusse brutalement les incendies dangereux. Oui, il y a des raisons de critiquer le pouvoir, l'emprise des puissances économiques sur le pouvoir politique et médiatique. Mais déclarer que la France est une dictature brutale décrédibilise le propos et finalement le messager.

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 18 septembre 2019, 9:59

    "La France reste un pays flicard où la contestation est possible mais discrètement brutalement réprimée dès que ça dégénère" Et puis le syndrome de Louis XVI... Eh bien, dans quel siècle vivez-vous? Celle-ci et vos autres déclamations gauchisantes sont tellement désuettes... Elles resemblent à celles de Mélenchon que vous désapprouvez avec réticence.

  • Posté par Rouvroy A., lundi 16 septembre 2019, 21:12

    De quel droit se revendique Monsieur KHAN pour titrer la "charge absurde" de JL MELENCHON ? Son accès à une publication "gratuite" est trop facile et devrait, au contraire le conduire à garder une réserve dans ses propos.J'attends d'un "journaliste" qu'il rapporte les évènements. Ses états d'âme m'importent peu et je ne souhaite surtout pas les connaître, étant "grand assez" que pour me faire ma propre opinion.

  • Posté par Chachkoff Yann, mardi 17 septembre 2019, 6:31

    Du droit de n'importe quel éditorialiste de commenter l'actualité et d'en donner leur vision (ce pour quoi ils sont payés, cela dit en passant). Et pourquoi devrait-il nuancer ? Il donne son avis, que chaque lecteur est libre d'apprécier ou pas. Si vous ne souhaitez pas connaitre les "états d'âme" des journalistes, c'est simple: ne lisez pas les éditos et les chroniques, qui sont justement là pour ça.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs