La Commission ouvre des enquêtes sur les «bénéfices excédentaires» accordées par la Belgique à 39 multinationales

Margrethe Vestager
Margrethe Vestager - Reuters

La Commission européenne a annoncé lundi l’ouverture de 39 enquêtes approfondies sur des filiales belges de multinationales qui pourraient avoir bénéficié d’une fiscalité favorable, ce qui constituerait une aide d’Etat illégale.

La Commission ouvre 39 enquêtes distinctes, qui concernent à chaque fois la filiale d’un grand groupe, comme BP, BASF ou British American Tobacco, basée en Belgique. Elles concernent des avantages qui auraient été octroyés entre 2005 et 2014.

« Toutes les sociétés doivent payer leur juste part de l’impôt. Nous craignons que le régime fiscal belge des ’bénéfices excédentaires’ ait octroyé au seul bénéfice de certaines sociétés multinationales d’importantes réductions d’impôt qui ne seraient pas accessibles à d’autres sociétés se trouvant dans une situation comparable », a commenté la commissaire à la politique de concurrence, Margrethe Vestager.

► La Belgique acquittée par le Tribunal de l’Union européenne pour sa fiscalité en faveur des multinationales

Ces décisions d’ouverture d’enquête font suite à l’annulation par le Tribunal de l’Union européenne, en février 2019, d’une décision de la Commission qui avait considéré «illégal» dans sa globalité le «régime» fiscal belge en question à l’issue d’une enquête ouverte en 2015.

L’exécutif européen demandait que la Belgique récupère 700 millions d’euros auprès des entreprises qui en avaient bénéficié.

Le Tribunal de l’Union européenne avait cependant estimé que «la Commission a considéré à tort que le système belge relatif aux bénéfices excédentaires (liés à l’activité internationale, ndlr) de sociétés multinationales constituait un régime d’aides». La Commission a fait appel.

Les enquêtes de la Commission portent sur des dispositions fiscales existant en Belgique qui ne bénéficient qu’aux multinationales.

Les pratiques visées prévoient la possibilité de déduire des revenus dits «excédentaires» de la base imposable d’une société appartenant à un groupe international.

Il s’agit des bénéfices enregistrés dans les comptes de l’entité belge du groupe mais censés découler de sa dimension multinationale. Pour bénéficier de cette déduction, l’entreprise doit obtenir l’accord préalable de l’administration fiscale belge, au moyen d’une décision anticipée («tax ruling»).

Un avantage auquel ne peuvent pas prétendre les entreprises ne faisant pas partie d’une multinationale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite