La Commission ouvre des enquêtes sur les «bénéfices excédentaires» accordées par la Belgique à 39 multinationales

Margrethe Vestager
Margrethe Vestager - Reuters

La Commission européenne a annoncé lundi l’ouverture de 39 enquêtes approfondies sur des filiales belges de multinationales qui pourraient avoir bénéficié d’une fiscalité favorable, ce qui constituerait une aide d’Etat illégale.

La Commission ouvre 39 enquêtes distinctes, qui concernent à chaque fois la filiale d’un grand groupe, comme BP, BASF ou British American Tobacco, basée en Belgique. Elles concernent des avantages qui auraient été octroyés entre 2005 et 2014.

« Toutes les sociétés doivent payer leur juste part de l’impôt. Nous craignons que le régime fiscal belge des ’bénéfices excédentaires’ ait octroyé au seul bénéfice de certaines sociétés multinationales d’importantes réductions d’impôt qui ne seraient pas accessibles à d’autres sociétés se trouvant dans une situation comparable », a commenté la commissaire à la politique de concurrence, Margrethe Vestager.

► La Belgique acquittée par le Tribunal de l’Union européenne pour sa fiscalité en faveur des multinationales

Ces décisions d’ouverture d’enquête font suite à l’annulation par le Tribunal de l’Union européenne, en février 2019, d’une décision de la Commission qui avait considéré «illégal» dans sa globalité le «régime» fiscal belge en question à l’issue d’une enquête ouverte en 2015.

L’exécutif européen demandait que la Belgique récupère 700 millions d’euros auprès des entreprises qui en avaient bénéficié.

Le Tribunal de l’Union européenne avait cependant estimé que «la Commission a considéré à tort que le système belge relatif aux bénéfices excédentaires (liés à l’activité internationale, ndlr) de sociétés multinationales constituait un régime d’aides». La Commission a fait appel.

Les enquêtes de la Commission portent sur des dispositions fiscales existant en Belgique qui ne bénéficient qu’aux multinationales.

Les pratiques visées prévoient la possibilité de déduire des revenus dits «excédentaires» de la base imposable d’une société appartenant à un groupe international.

Il s’agit des bénéfices enregistrés dans les comptes de l’entité belge du groupe mais censés découler de sa dimension multinationale. Pour bénéficier de cette déduction, l’entreprise doit obtenir l’accord préalable de l’administration fiscale belge, au moyen d’une décision anticipée («tax ruling»).

Un avantage auquel ne peuvent pas prétendre les entreprises ne faisant pas partie d’une multinationale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite