Double infanticide: Eddy Michel avoue avoir tué ses deux enfants (vidéo)

Double infanticide: Eddy Michel avoue avoir tué ses deux enfants (vidéo)
Belga

Eddy Michel, accusé d’avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d’assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu’il n’était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu’il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.

Lire aussi Double infanticide

Les faits reprochés à Eddy Michel s’étaient déroulés le 30 septembre 2017 à Sainte-Walburge (Liège). Eddy Michel n’avait pas accepté la séparation avec sa compagne et avait tué de plusieurs coups de couteau leurs deux enfants, Timothé et Jules. L’accusé avait aussi utilisé une disqueuse sur la première victime.

Lors de son interrogatoire par le président Philippe Gorlé, Eddy Michel a détaillé les différentes étapes de sa vie et son parcours professionnel. C’est en 2005 qu’il avait rencontré Madeleine Bosly, la future mère de ses enfants. Eddy Michel est entré dans la vie professionnelle peu de temps après et est devenu professeur d’éducation physique dans une école d’enseignement spécialisé à Amay. Jules et Timothé sont nés en 2010 et 2013.

Eddy Michel a reconnu que des tensions sont apparues dans son couple dès 2015. Une thérapie de couple avait été mise en place en 2016. Selon son ex-compagne, Eddy Michel rentrait parfois imbibé d’alcool. Lors d’une scène de dispute, il lui avait porté des gifles. Madeleine Bosly pensait à la séparation. «Mais nous avions repris une vie normale et j’ai été surpris quand elle m’a annoncé la séparation au mois de février. Je ne comprenais pas, je n’ai rien vu venir», a-t-il indiqué.

Eddy Michel a ensuite expliqué ses différentes tentatives infructueuses de récupérer sa compagne, le départ de cette dernière dans un appartement et un système de garde alternée organisé avec les enfants. Il a reconnu que de nombreux reproches et insultes ont été proférés contre la mère des enfants lors de disputes. «J’ai perdu mes nerfs plusieurs fois tellement je n’arrivais plus à gérer mes émotions», a précisé l’accusé.

L’accusé a admis avoir insulté et harcelé son ex-compagne en vue de la récupérer. «J’admets aussi avoir utilisé les enfants dans ce genre de manœuvre», a-t-il précisé. Interrogé sur les différents écrits dans lesquels il avait annoncé qu’il allait tuer sa compagne et ses enfants avant de se suicider, Eddy Michel a contesté avoir véritablement songé à cette issue. «Je me sentais détruit depuis longtemps. Mais je n’avais pas d’idée arrêtée dans ma tête», a-t-il soutenu.

Pour expliquer ce qui s’est produit le jour des faits, Eddy Michel a exposé que son ex-compagne avait déposé les enfants devant chez lui. «Quand j’ai ouvert la porte, elle avait déjà jeté les sacs de vêtements au sol. Je l’ai traitée de pute, j’ai shooté dans la portière de la voiture et j’ai lancé un pavé dans la fenêtre du conducteur», a expliqué l’accusé.

Invité à s’expliquer sur les actes commis sur ses enfants, Eddy Michel a soutenu qu’il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. «J’ai appelé mes parents puis j’ai pris des couteaux, un disqueuse et une cisaille. Je ne sais pas tout expliquer car je n’ai que des flashes. Je sais que j’ai fait cela à mes enfants. Je n’étais pas moi-même. Sur Timothé, je vois que la disqueuse utilisée s’est bloquée dans ses vêtements au niveau de son cou. J’ai ensuite pris un couteau mais je n’ai plus aucune idée du nombre de coups. Je me souviens d’un coup dans le cœur. Je pense ensuite avoir fait la même chose à Jules», a détaillé l’accusé.

Eddy Michel a ensuite lu un texte. «J’admets avoir mis fin aux jours de mes enfants. Je n’ai pas d’hypothèse mais ce n’était pas une manière cruelle d’atteindre leur mère. Je n’avais pas le but de les tuer. Cela fait longtemps que je tente de comprendre mon geste. Je ne sais pas expliquer l’inexplicable. Je suis coupable et ce que j’ai fait est horrible et irrécupérable. Je suis terrifié et effondré par ce que j’ai fait. Je n’arrivais pas à faire mon deuil du projet de vie à quatre», a annoncé l’accusé.

La fin de la première journée du procès était consacrée aux auditions des juges d’instruction. La mère des victimes devrait être entendue mardi après-midi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite