Boris Johnson sur le Brexit: «Il existe une bonne chance d’accord mais l’Union européenne doit bouger»

Boris Johnson sur le Brexit: «Il existe une bonne chance d’accord mais l’Union européenne doit bouger»
AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a estimé lundi qu’il existait « une bonne chance d’accord » sur le Brexit mais qu’il fallait que l’Union européenne « bouge », dans un entretien à la chaîne de TV Sky.

À l’issue d’un entretien avec son homologue luxembourgeois Xavier Bettel à Luxembourg, M. Johnson a averti que tout accord sur la sortie du Royaume-Uni « demandera du mouvement » de la part de l’UE.

Interrogé sur son absence à la conférence de presse conjointe programmée après la rencontre, le dirigeant conservateur a argué de la présence à proximité d’une manifestation anti-Brexit. Le Premier ministre luxembourgeois a conduit la conférence de presse tout seul, à côté d’un pupitre vide.

« Il allait clairement y avoir beaucoup de brouhaha et je pense que nos arguments auraient été noyés (par le bruit) », s’est-il justifié.

Vers une suppression du « filet de sécurité » ?

Boris Johnson s’est dit persuadé d’avoir « suffisamment de temps pour conclure un accord entre maintenant et les 17 et 18 octobre », date d’un Conseil européen à Bruxelles, considéré par beaucoup comme le sommet de la dernière chance. « Oui, il y a une bonne chance d’accord, je peux en voir la forme. Tout le monde peut voir en gros ce qui peut être fait », a-t-il assuré.

« Mais cela demandera du mouvement (de la part de Bruxelles) et il faudra que le système par lequel l’UE peut contrôler le Royaume-Uni après notre départ, à savoir le dit ‘backstop’, disparaisse », a réaffirmé le Premier ministre britannique.

Boris Johnson est déterminé à obtenir la suppression de la clause du « backstop » (« filet de sécurité »), qui vise à empêcher le rétablissement après le Brexit d’une frontière physique entre l’Irlande, membre de l’UE, et la province britannique d’Irlande du Nord.

Cette disposition prévoit que le Royaume-Uni tout entier reste dans un « territoire douanier unique » avec l’UE si une meilleure solution n’est pas trouvée à l’issue d’une période transitoire. Pour l’UE, cette clause de sauvegarde est incontournable faute d’alternative crédible.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite