Eneco installe la plus grande surface de panneaux solaires sur un toit du pays (vidéo)

Eneco installe la plus grande surface de panneaux solaires sur un toit du pays (vidéo)
Belga

Plus de 27.000 panneaux solaires ont été installés ces derniers mois sur le toit de l’usine d’ArcelorMittal à Gand, ce qui en fait le plus grand toit fournisseur d’énergie du pays. Inauguré lundi, il produira 10.000 MWh sur base annuelle, ce qui correspond à la consommation énergétique de 2.900 ménages. Le géant de l’acier est également en train de concrétiser des projets similaires sur ses sites de Liège, Genk et Geel.

Ces derniers trois mois, le producteur d’énergie solaire Eneco a installé les 27.104 panneaux sur le toit de quatre divisions du site d’ArcelorMittal à Gand. Environ 157 tonnes d’acier ont été utilisées dans ce cadre pour une structure dont le poids total s’élève à 1,5 million de kilos. Avec une superficie de 100.000 m2, cela en fait le quatrième plus grand parc solaire de Belgique. Le courant produit sera directement utilisé pour faire tourner l’entreprise.

« Une parfaite illustration de la durabilité »

« Tous les panneaux reposent sur une structure porteuse en acier ’Magnelis’. Cet acier, produit notamment sur notre site de Liège, est une parfaite illustration de la durabilité. Il garantit la longévité de chaque parc solaire à long terme, quel que soit l’environnement dans lequel il se trouve », se félicite Manfred Van Vlierberghe, CEO ArcelorMittal Belgium.

Le toit a coûté un bon 7,5 millions d’euros, un investissement auquel peut se joindre le personnel de l’usine. Les 5.800 employés peuvent en effet injecter de l’argent auprès d’Eneco et retirer ensuite les bénéfices de leur rendement via une action de crowdlending. Leur investissement leur rapportera un rendement brut garanti de 4 %. D’autres personnes intéressées pourront ensuite également y investir via le site internet du fournisseur d’énergie.

Eneco avait déjà précédemment procédé à une grande installation du même genre chez Volvo Car, un peu plus loin dans le port de Gand.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour François Desquesnes (CDH), le travail n’est pas fini dans le groupe Nethys. © Belga.

    Wallonie: le CDH veut que Nethys fasse d’urgence le nettoyage des filiales

  2. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  3. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite