Visite du président congolais en Belgique: des centaines de sympathisants se sont mobilisés (vidéo)

Visite du président congolais en Belgique: des centaines de sympathisants se sont mobilisés (vidéo)
Reuters

Des centaines de sympathisants du président congolais Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo venus de plusieurs pays européens ont exprimé lundi soir leur joie lors de son arrivée à l’aéroport militaire de Melsbroek pour sa première visite en Belgique depuis son entrée en fonction, bloquant même momentanément la chaussée de Haecht.

Ces membres de la diaspora affichaient tous leur soutien au nouveau chef de l’Etat congolais, qui a succédé le 24 janvier à son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange (au pouvoir depuis 2001) au terme de l’élection présidentielle contestée du 30 décembre 2018.

Seuls quelques dizaines de sympathisants du président, dont des responsables de son parti l’Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), et des proches de M. Tshisekedi avaient eu accès à l’aéroport. Certains ont pris possession de la cafétaria de l’aéroport et de la terrasse qui surplombe le tarmac pour assister à l’arrivée de M. Tshisekedi.

La circulation perturbée

À l’extérieur, des centaines d’autres sympathisants se sont vus refuser l’accès au site par les militaires et la police, restant bloqués de l’autre côté des grilles du terminal militaire, le long de la chaussée de Haecht.

Ils ont un moment occupé cette chaussée à quatre voies, provoquant des embouteillages dans les deux sens en brandissant des banderoles pro-Tshisekedi sous l’œil étonné des policiers.

Des journalistes de l’agence Belga qui ont réussi à sortir du site ont constaté que des dizaines de voitures – immatriculées en Belgique mais aussi en France, en Allemagne, en Suisse et au Royaume-Uni – s’étaient garées le long de la chaussée. Certains sympathisants portaient qui des drapeaux congolais, qui des T-shirts ou des boubous à l’effigie de l’ancien opposant devenu président.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite