Le TAP se penche sur la demande de surveillance électronique de Michel Lelièvre

Michel Lelièvre en 2004
Michel Lelièvre en 2004 - EPA

Le tribunal de l’application des peines (TAP) examinera ce mardi à 11h30 la demande de surveillance électronique introduite par Michel Lelièvre. Il y a un an, le dossier avait été reporté, car celui qui fut complice de Marc Dutroux avait perdu le logement dans lequel il envisageait de s’installer. D’après son avocate Benjamine Bovy, le quadragénaire a un nouveau plan solide à défendre.

Le TAP siégera au sein de la prison d’Ittre, où est incarcéré Michel Lelièvre.

Associé à jamais dans l’esprit de la population à Marc Dutroux, avec lequel il a collaboré pour l’enlèvement de Sabine, Laetitia, An et Eefje, l’homme a été condamné en 2004 par la cour d’assises d’Arlon à 25 ans de prison pour association de malfaiteurs, enlèvement d’enfants, séquestration et trafic de drogue. Il n’a été jugé coupable ni de viols ni d’assassinats.

Michel Lelièvre se trouve derrière les barreaux depuis 1996 et arrivera donc en fin de peine en 2021. Il peut demander une libération conditionnelle depuis 2005.

En 2013, il avait introduit une demande de détention limitée pour pouvoir suivre une formation en menuiserie hors de la prison. Mais, face à la pression médiatique, l’association qui avait accepté de l’accueillir avait fait marche arrière. Depuis 2018, il bénéficie du droit de quitter régulièrement l’établissement pénitentiaire d’Ittre pour une durée n’excédant pas 16 heures.

Lorsqu’une personne est condamnée à une peine ferme de plus de trois ans, elle peut accéder à une surveillance électronique si elle se trouve dans les conditions de temps d’une libération conditionnelle, c’est-à-dire avoir subi un tiers de sa peine (15 ans pour les condamnés à une peine privative de liberté de trente ans ou de perpétuité).

Marc Dutroux, condamné à la réclusion à perpétuité avec mise à disposition du gouvernement pendant 10 ans, ne désespère pas non plus de quitter la prison. Vu ses faibles perspectives de réinsertion sociale, ses chances de sortie sont toutefois minces. Son ex-épouse Michelle Martin, que la cour d’assises d’Arlon avait condamnée à 30 ans de prison, a elle été libérée sous conditions en 2012.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite