France: évacuation du campement de migrants de Grande-Synthe

Le camp de Grande-Synthe
Le camp de Grande-Synthe - Photo News

Les forces de l’ordre ont débuté mardi matin une nouvelle évacuation du campement de migrants de Grande-Synthe, dans le Nord de la France, où vivaient près d’un millier de personnes, ont constaté des journalistes de l’AFP. L’opération d’évacuation de ces migrants, qui résidaient dans et autour d’un gymnase mis à disposition par la ville, a commencé peu après 8h et se déroulait dans le calme.

Les premiers groupes, majoritairement des jeunes hommes, ont emprunté un cordon de sécurité formé de barrières, avant de monter avec leurs bagages dans trois bus, qui devaient les acheminer vers différents centres d’accueil de la région Hauts-de-France. Les familles devaient suivre. Cette évacuation fait suite à une décision du tribunal administratif de Lille du 4 septembre, saisi en référé par la mairie de Grande-Synthe.

Le maire Martial Beyaert (PS), présent mardi matin, qui a succédé en juillet à Damien Carême (EELV, avait salué une décision « prise en responsabilité et dans l’intérêt des réfugiés ». Le sous-préfet de Dunkerque, Eric Etienne, avait préalablement estimé que pour « la dignité humaine et la tranquillité des riverains, cette situation ne saurait perdurer ».

Selon le constat d’huissier produit par la mairie devant le tribunal, 170 personnes vivaient début août à l’intérieur du gymnase, et 800 autres dans environ 550 tentes aux abords. Ce gymnase avait été ouvert par la ville de Grande-Synthe en décembre 2018 pour héberger des migrants, en majorité des Kurdes irakiens, comme elle l’avait fait l’hiver précédent. Il devait initialement rester ouvert jusqu’à l’arrivée du printemps.

Au début de l’été, la préfecture du Nord avait installé, sur injonction du Conseil d’État, des points d’eau, douches et sanitaires à proximité, en nombre insuffisant selon les associations. L’hiver précédent, M. Carême (EELV) avait déjà mis ce gymnase à disposition des migrants. Et en mai 2018, les quelque 400 migrants hébergés dans le gymnase et à proximité, avaient aussi été évacués.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite